Liège Le top 4 s’affronte ce samedi. Le Fémina Visé passe son premier gros examen contre Anvers.

Le foot a parfois son Super Sunday, le hand féminin a son Super Saturday. Ce samedi en effet, les quatre premiers du championnat s’affrontent. S’il est trop tôt pour affirmer qu’il s’agit des participants aux play-offs (on dispute seulement la 5e des 14 journées), il semble en tout cas évident qu’on assiste à un championnat à deux vitesses : trois équipes sont encore invaincues, trois autres n’ont pas encore gagné.

La lutte pour la première place est tellement chère que le Fémina Visé, qui n’a encore perdu qu’une fois, n’occupe que la quatrième place. Mais tout peut changer ce samedi (18 h) à condition de battre Anvers.

"Nous reviendrions alors non seulement sur nos adversaires mais aussi sur le perdant éventuel du choc entre Saint-Trond et Hasselt", dit Fien Boons.

Ce match constituera en tout cas un véritable test pour les joueuses d’Ingrid Segers qui, jusqu’ici, n’ont affronté que des équipes de la deuxième partie du classement.

"Si nous jouons comme nous l’avons fait lors de nos déplacements à Waasmunster et à Uilenspiegel, nous sommes capables de rivaliser avec les adversaires qui nous attendent désormais, ajoute la capitaine visétoise. N ous avions toutes certaines craintes avant la saison mais nous avons démontré que notre équipe tenait la route."

Il n’y a eu qu’un dérapage jusqu’ici : face à Bocholt. "Ce jour-là, notre défense était du gruyère et nous n’avons pas trouvé assez rapidement la solution offensive, dit encore Fien Boons. Je pense toutefois que c’était un off-day total car dès la semaine suivante, à Uilenspiegel, nous avons démontré que l’équipe ne reposait pas seulement sur une ou deux joueuses."

Cette répartition des responsabilités, elle y tient particulièrement. Y compris en ce qui concerne sa fonction de capitaine. "C’est à moi qu’on a donné le brassard et j’en suis fière, mais c’est un rôle que nous devons être plusieurs à remplir. Car nous sommes avant tout une équipe d’amies."