Vu la détermination des 18 keepers venus de toute la Province évoluant de la D3 ACFF à la P3, ou même la variété d’ateliers spécifiques proposés, l’académie initiée par Jean-Michel Kowalski, connu du giron du foot provincial, a réussi son premier test, lui qui lançait son école réservée aux plus de 16 ans sous la forme d’un essai gratuit d’abord.

“On a refusé une vingtaine de réservations pour rester dans les normes Covid”, souffle Kowa’qui décèle des bienfaits de la séance. “Les gars ont souffert mais ils avaient la banane. Certains se surpassent voyant ce que d’autres, actifs dans des divisions supérieures, sont capables de faire. L’académie peut tirer les participants vers le haut ainsi. L’expérience est réussie humainement.”

Malgré l’absence de Kevin Debaty et José Ackermann, malades, les participants ont profité d’une dream team d’entraîneurs de gardiens régionaux renommés. “Peu importe ton niveau, leurs conseils font du bien car cette crise nous brise un peu, j’avais l’impression de régresser”, admet Victor Hollart, un jeune du Stade Waremmien. “On perdait en endurance”, ajoute Lucas Macors, 2egardien de la D3 de Richelle. “On savait qu’on serait bien encadré ici avec Pierre Drouguet (RFC Liège) ou encore Michael Huynen (Melen, Ster) que j’ai déjà eu en jeunes.”

Outre les noms cités, il y a aussi Jo Labarbe et Philippe Rogister. “Comme Pierre Drouguet l’a dit, le niveau était vraiment pas mal et a étonné dans le bon sens”, affirme Philippe, coach des gardiens à Tilleur. “C’est rare qu’on fasse des entraînements de ce type uniquement pour seniors, et même jusqu’aux vétérans.”

Romain Longaretti, portier de Raeren, abonde en ce sens. “Les seules académies de gardiens pour le moment sont destinées aux jeunes de 15 ans et moins. Une séance supplémentaire est un plus car le nombre d’entraînements en club est parfois insuffisant pour un keeper.”

“On aimerait organiser ça les lundis”, poursuit Rogister. “Des coachs tels que Philippe Marché ou Serge Kucharski sont prêts à venir. On verra ce que ce projet donne mais il peut être utile car tout keeper n’a pas forcément un entraineur de gardiens dans son club.”

“Des coachs de Nationale ont assisté à la séance et peuvent être intéressés par des garçons qui viennent s’entraîner. On sait que ça peut aider certains à trouver un club et ça nous permet aussi de ressortir et de tous se retrouver”, conclut Kowa.