Le gardien Jean-Philippe Gérard attend ses anciennes couleurs aux Burettes.

Comme Mormont, Warnant et Richelle comptent 26 points à l’aube de cette dernière journée du premier tour.

Pour Jean-Philippe Gérard, ce sommet a une saveur particulière. "Durant mes quatre ans passés chez les Mosans, on a connu une montée, via le tour final, de P1 en promotion et une participation au tour final de D3. Grâce à un gros potentiel et à une bande de potes, un élément de fabrique de Richelle."

Au moment d’aborder ce sommet, les derniers résultats parlent en faveur des visiteurs : 19 sur 21 contre 12 sur 21. "On a connu un coup d’arrêt à Herstal et il est clair que Richelle surfe sur une phase ascendante" , reconnaît le gardien hesbignon. "On savait tous, après leur début de saison mitigé, qu’un déclic se produirait dans leur chef. Là, ils enchaînent les belles performances malgré de multiples absences, notamment défensives."

Pourtant, les Richellois n’ont encaissé que deux buts lors des sept dernières sorties. "C’est la touche de Benoît (Waucomont)", signale Jean-Phi. " La base vise à ne pas encaisser. Puis, après, il compte sur la qualité des joueurs offensifs pour créer la différence. Richelle est une équipe où le danger peut venir de partout."

Expérimenté, le gardien de 39 printemps compte bien sur ses partenaires pour relancer la mécanique face à son ancien club.

"Pour vaincre, nous devrons instaurer une plus grosse dose d’intensité et un engagement supérieur à celui affiché à Herstal. Sans cet atout, on perd 50 % de chances de victoire. Puis, même si une défaite ne nous mettrait finalement qu’à trois longueurs du leader, on jouera clairement pour la gagne. D’une part, on ne peut pas se louper. D’autre part, on ne se met pas de pression supplémentaire."

Battus à deux reprises l’an dernier (deux fois 2-1), les Hesbignons veulent éviter l’adage "jamais deux sans trois". "Richelle favori pour le titre ? S’ils enchaînent d’ici la trêve, ce sera un sérieux candidat."