Lucas et Ludo Ferron auraient dû s'affronter ce samedi soir. Il n'en sera rien.

"J'aime tant le charrier"

Nous sommes le samedi 14 septembre, Sprimont reçoit Rochefort et il reste six minutes à jouer lorsqu’un tacle trop appuyé d’un Namurois vient faucher Lucas Ferron. Bilan : multiples fractures du pied, de la cheville et du péroné. En revalidation, Lucas Ferron râle doublement de louper ce derby de la vallée d’Ourthe-Amblève. "C’est déjà excitant de jouer ce genre de rencontre dans l’absolu mais quand, en plus, on peut jouer contre son frère, c’est encore plus décevant. Surtout que maintenant, il commence à vieillir et que je suis plus rapide que lui (rires). Enfin, notre duel se déroulera malheureusement en tribune et si Sprimont gagne, ce sera alors à mon tour de le charrier durant un bon bout de temps." Lucas voit aussi une rencontre très fermée. "Je pense que l’équipe qui émergera sera celle qui affichera le plus d’expérience, de caractère, le plus d’envie de l’emporter. Sans oublier le réalisme tant défensif qu’offensif, le péché mignon des deux équipes…"

"Nous pouvons créer la surprise"

Cela aurait pu être un bel affrontement entre les deux frères Ferron, Ludo et Lucas, mais cela ne sera pas le cas. Ludo, l’aîné (27 ans), est puni pour abus de cartes jaunes. "Je râle car cela reste un match un peu particulier, avec un peu plus de monde mais voilà, lors d’un dépannage avec la P3, j’ai pris une jaune qui me prive de ce derby…" Un derby qui avait tenu toutes ses promesses en mars dernier. "Ce fut un match très disputé, très physique et nous l’avions remporté de justesse (1-0) mais cela s’était joué sur peu de choses." Cette rencontre fut aussi le théâtre d’un duel avec Lucas, le petit frère (23 ans) de Ludo. "Lucas jouait à droite et moi, j’avais été décalé sur le côté gauche pour l’occasion. Nous avions souvent été dans la même zone et il y avait eu beaucoup de duels entre nous. Après, j’avais pu le charrier pendant quelques semaines (rires)." Cette fois encore, le capitaine aqualien voit un match fermé. "Sprimont est dans une bonne passe et nous sommes capables du meilleur comme du pire. Si nous affichons, enfin, de la rigueur et du réalisme, nous pourrions créer la surprise."