Le portier reverra ses anciennes couleurs... Que les couleurs, pas beaucoup de personnes.

Ce dimanche, Thibault Botterman retrouvera son ancien club, Sprimont. "C’est avec la P1 de Banneux à l’époque que j’ai commencé à avoir ma chance comme titulaire en équipe première. Avant cela, je jouais à… Sprimont, où j’étais second portier, derrière Jaa", explique celui qui défend aujourd’hui les cages d’Ougrée.

Du Sprimont B de cette année, Botterman ne connaît plus grand monde. "L’équipe a bien changé en quelques mois. Je sais que Romain Quenelle et Julien Rasquin jouent toujours là-bas. Je connais le coach aussi, Patrick Fabere. En D3, je suis toujours en contact avec Pape (NdlR : le capitaine). Mais on parle plutôt de Leffe que de foot avec lui (rires)."

La dernière saison sprimontoise du dernier rempart ne s’est pas passée comme il l’espérait. "J’ai dû quitter plus tôt que la fin de saison et je ne le regrette pas. On a profité du fait que je sois suspendu pour transférer Kévin Aerts. Bien sûr, je ne suis pas déçu d’être resté au club lors de la fusion mais les dirigeants ont parlé d’une chose et puis ça ne s’est pas passé comme espéré. Heureusement, l’équipe s’est sauvée."

À Ougrée, Botterman est épanoui. "J’ai vraiment posé le bon choix. J’ai atterri dans un club très familial qui est bien mieux que ce que l’on imagine."

Pourtant, les résultats actuels ne correspondent pas vraiment à ceux espérés. "La confiance n’est pas là sur le terrain mais le groupe travaille dans la bonne humeur. Nous avons beaucoup de malchance pour l’instant mais je suis certain que la roue va tourner."

Après cette rencontre, le gardien ougréen devrait être suspendu pour une rencontre (au minimum). "J’ai reçu une rouge directe face à Melen. L’arbitre a dit qu’il était obligé de me la mettre et j’ai accepté. J’étais obligé de faire la faute aussi pour éviter le but (rires)."