Interdits de pratiquer leur sport depuis le mois d’octobre, les U15 et U16 de Saint-Hubert ont décidé il y a un mois de reprendre le chemin des entraînements à l’extérieur. Dans un premier temps, ils se sont focalisés sur une reprise physique, laissant le basket de côté.

Mais depuis deux semaines, les jeunes borquins se retrouvent le samedi sur la cour extérieure de l’école libre de Saint-Hubert, ce qui leur permet de retoucher le ballon. Au programme, pas de match, mais bien des ateliers individuels avec ballon, en plus des exercices physiques. Malgré une température qui frôlait 0 degré, les 19 basketteurs présents, séparés en deux bulles de 10, étaient heureux de pouvoir rejouer au basket. “C’est important de se retrouver tous ensemble pour garder notre motivation intacte, ça n’a pas été facile ces derniers mois”, avoue Louis Chardome, pivot des U15 de Saint-Hubert. “Même si nous ne pouvons pas avoir de contact, je trouve que c’est une bonne chose de s’entraîner dehors. On a un peu froid aux mains et on doit changer de chaussures, mais ça nous permet de pratiquer notre sport, c’est tout ce qui compte.”

Au total des deux équipes, aucune absence n’était à déplorer, signe du soulagement affiché par les jeunes. Jean-Luc Godbille et Stéphane Lambotte, les deux coachs, avaient décidé d’agir en voyant que les mesures du gouvernement n’évoluaient pas favorablement en ce qui concerne la pratique du sport amateur. “Nous savons pertinemment bien qu’à leur âge, s’entraîner seul, dehors, c’est compliqué”, estime Jean-Luc Godbille. “Ils gambergent, et préfèrent rester à l’intérieur plutôt que d’aller courir tout seul. Ici, dès le premier entraînement, on a constaté un engouement maximal de la part des deux groupes. Nous ne voulions laisser personne sur le carreau. C’est notre devoir de coach de les aider à traverser cette période compliquée. On fera le bilan à la reprise, mais je pense que certains clubs risquent de perdre de nombreux affiliés après cette année noire.”

D’autres clubs à l’instar d’Arlon ou encore Habay, ont décidé de leur emboîter le pas pour permettre à leurs affiliés de plus de 12 ans de se remettre au sport.