Luxembourg Après 13 années sous le maillot du BCCA Neufchâteau, le pivot retourne à Libramont, sa ville natale, en P2.

Très tôt dans la saison, Arnaud Piette avait annoncé qu’il quitterait le BCCA Neufchâteau, son club depuis 13 ans, une fois le championnat terminé. Pivot atypique au physique de débardeur, le poste 5 chestrolais n’avait pas son pareil en division 3 nationale. La saison prochaine, il évoluera en P2, à Libramont.

"Les déplacements me pesaient de plus en plus, explique Arnaud Piette. C’est pour cela que je ne voulais pas redescendre au niveau régional. Je voulais privilégier ma vie de famille avant tout. Je continuerai à m’entraîner, cela ne changera pas. Par contre, je vais pouvoir jouer de manière relax, tout en prenant du plaisir en P2. Et puis je vais évoluer avec mon frère, Florent. Je pense que ce sera une première pour moi. Mon autre frère, Thibaut, a privilégié la P1. J’espère que ce ne sera que partie remise."

Si son choix d’évoluer si bas dans le basket provincial peut surprendre, il faut dire que le Libramontois de naissance n’arrive pas n’importe où. Descendant de P1 à l’issue du défunt championnat, le club ardennais a décidé de se donner les moyens de retrouver les hautes sphères du basket provincial. Outre Arnaud Piette et son frère, Florent, Arnaud Chalon, Thomas Lacroix, Alexis Godfroid, ou encore Simon Ferette débarquent eux aussi en Centre Ardennes. Tous des joueurs qui ont déjà connu l’échelon régional, voire national.

"C’est un fait que j’arrive dans une équipe ambitieuse. Même si le niveau du championnat n’aura plus rien à voir avec ce que j’ai connu, je sais que je vais évoluer avec des gars qui ont un bon niveau de basket. Si tout se met bien en place, on va pouvoir développer un jeu qui correspondra à une formation du top de P1. On peut dire que cette saison servira à préparer notre montée dans l’élite provinciale."

Si ça ne fait aucun doute que les Libramontois ne rencontreront pas, ou peu, d’adversité en P2, ils feront également figure d’épouvantail en Coupe de la province. "Nous jouerons notre coup à fond, au même titre que le championnat, précise le pivot de 33 ans. Je pense que nous aurons notre mot à dire en tant qu’outsiders. Saint-Hubert risque d’être le grand favori de la compétition. Si on ne tombe pas contre eux rapidement, on pourra peut-être aller jusqu’au bout. Et puis il ne faut pas oublier non plus que nous partirons avec 5 ou 8 points d’avance, en fonction de l’avantage du terrain."

À signaler que Daniel Jacoby, coach en fonction depuis deux années, restera à la barre de l’équipe première la saison prochaine.