Aymeric Parmentier et sa sœur, Hélène, l’attendaient avec impatience depuis plusieurs semaines. Finalement, la délivrance est enfin tombée vendredi dernier : le Comité Paralympique a décidé d’envoyer le nageur de 28 ans à Tokyo pour y représenter la Belgique.

"Au vu des résultats d’Aymeric, on s’y attendait, oui, mais tant que la sélection n’est pas tombée, il y a toujours ce petit doute qui est présent, avoue Hélène Parmentier, qui est également la coach d’Aymeric. Vendredi, quand je le lui ai annoncé la bonne nouvelle, il a affiché un large sourire, tout content, en disant que désormais, les Diables Rouges devaient l’emporter face à l’Italie pour tout soit réuni (rires). Je pense qu’il ne réalise pas encore la portée de cette qualification pour les Jeux Paralympiques. Jeudi, nous avons une première réunion avec la fédération, notamment pour aller chercher les équipements floqués à l’effigie de la Belgique, je suis certain qu’il va commencer à réaliser."

Qualifié sur le 100 mètres brasse, le 200 mètres 4 nages ainsi que pour le 100 mètres dos, ce billet pour Tokyo est le fruit de l’accomplissement du travail effectué depuis 2013, moment où Hélène a décidé d’assurer le coaching de son petit frère. "C’est juste incroyable, c’est un rêve qui devient réalité, sourit Hélène Parmentier. Maman a même reçu des messages de félicitations de personnes qui habitent toujours en province de Luxembourg, qui ont connu Aymeric enfant, quand ça n’allait pas, lorsqu’il n’était pas encore épanoui. Et 15 ans plus tard, quand on voit le chemin parcouru, c’est magnifique."

Il faut dire que sportivement, Aymeric Parmentier connait une année faste en dépit du covid. Celui qui a obtenu une médaille de bronze lors des Mondiaux en 2017 enchaîne les records personnels depuis le mois de janvier.

"Il est en super forme, je ne l’ai d’ailleurs jamais vu nager aussi bien en brasse. Lors des World Series de Berlin il y a une quinzaine de jours, il a explosé l’ensemble de ses chronos. Seul bémol, il s’est occasionné une contracture le deuxième jour de compétition, mais c’est derrière lui maintenant. Il est motivé à 200 % à l’idée de performer à Tokyo, sa ville préférée. Nous allons maintenant partir 2 fois en stage à Vittel, du 15 au 25 juillet, et du 2 au 15 août, pour des séances intensives. Nous partirons pour Tokyo le 21 août prochain."