Luxembourg Après 13 longues années à Ciney, ainsi qu’une pige de 3 saisons à Namur Capitale en D1, Alycia Marteau a décidé de rempiler à Libramont, en R1.

Arrivée en compagnie de sa sœur, Louise, en début de saison dernière, Alycia Marteau est remontée sur les parquets de R1 ce week-end avec Libramont. Pour leur première sortie en championnat, les filles de Jérémy Prinsen se sont inclinées à Quaregnon (47-42).

"Pourtant, nous avons longtemps mené dans cette partie, déplore la meneuse libramontoise. Nous avons craqué dans le dernier quart-temps. Quaregnon a cravaché pour revenir dans le coup avant de nous asphyxier dans les dernières minutes. Malgré tout, on peut retirer beaucoup de positif de cette rencontre."

Il faut dire qu’après avoir perdu les deux piliers qu’étaient Giberti (arrêt) et Charlier (blessure), Libramont a été contraint de revoir ses ambitions à la baisse pour cette saison. Les Ardennaises ont intégré pas moins de 5 éléments de l’équipe P1 pour pallier ces départs.

"Nous allons jouer le maintien avant toute chose puisque nous entrons désormais dans une année de transition. Ce n’est un secret pour personne. Nous allons aider les jeunes le plus possible pour qu’elles puissent grandir en R1. Par exemple, Jo Ann Frauenkron a déjà montré de belles choses ce week-end. Elle peut clairement devenir un pion essentiel. D’autant plus que nous risquons de nous faire dominer en taille pratiquement à chaque rencontre, son physique va nous aider."

Pour remédier à ce déficit sous la toise, Jérémy Prinsen, ancien coach de Boninne, va axer le jeu de sa phalange sur des transitions rapides tout en alliant une grande vitesse d’exécution. Un jeu qui correspond parfaitement à Alycia Marteau.

"Je dois gérer le tempo de l’équipe durant la rencontre. C’est à moi d’accélérer ou de ralentir le jeu pour ne pas que les filles courent dans le vide. Avec ma sœur Louise, et Emma Mattuci, nous devons prendre nos responsabilités pour porter l’équipe à nous trois. Tout le club compte sur nous."

Alors que la Libramontoise d’adoption aurait pu aller voir ailleurs durant l’été, elle a décidé de se lancer à bras ouverts dans ce nouveau challenge.

"Je n’ai jamais joué le maintien par le passé, c’est nouveau pour moi, explique la meneuse de 23 ans. Le projet me parle, c’est pourquoi j’ai directement décidé de rester à Libramont. C’est un club où nous avons été parfaitement accueillies avec ma sœur et où je m’y sens très bien. Je n’ai aucune envie de quitter le club."