En plus d’être un coureur du top niveau en Belgique, Justin Mahieu est aussi un entraîneur réputé. À la tête du Distance Running Project, son bébé, il coache une dizaine de coureurs, dont Nicolas Navet, Simon Semes mais aussi Corentin Louis, 15e sur cross court au Championnat de Belgique, ou encore Juliette Thomas, 2e sur le cross court féminin.

"Je savais que Juliette était en forme et elle a montré qu’elle avait une bonne condition", se félicite Justin Mahieu. "Et mentalement, elle a su se mobiliser pour une course one-shot et prendre ses responsabilités. Elle a aussi franchi un cap sur le plan de la maturité".

Des résultats qui sont un juste retour des choses. Malgré un calendrier quasi vierge depuis un an, les athlètes du Distance Running Project ont toujours continué à bosser comme si leur vie en dépendait.

Avec le professionnalisme qu’on lui connaît, Justin Mahieu ne laisse rien au hasard pour pousser ses athlètes vers les podiums et records. Avec notamment, faute de compétition, l’organisation de tests sur route. Lors de ceux-ci, ils sont plus d’un à avoir amélioré un voire plusieurs chronos, comme Corentin Louis (14.14 sur 5 km), Simon Semes (15.22 sur 5 km, 32.15 sur 10 km) ou Florian Thomas (15.53 sur 5 km).

Au-delà du coaching sportif

"On remet cela dimanche, sur 5 et 10 km", note Justin Mahieu. "A Rouvroy toujours, on peut difficilement trouver une trace plus roulante ailleurs dans la région, puis on pourra ainsi comparer les chronos avec ceux des 2 premiers tests."

Justin Mahieu encourage aussi ses protégés à mieux s’encadrer encore. "Pour progresser, le coaching sportif ne suffit pas", clame-t-il. "De nombreux autres paramètres entrent en ligne de compte : la nutrition, les soins, le mental… Un ami, Nicolas De Matos, a créé une cellule d’accompagnement pluridisciplinaire, Suivi Sport Concept. Nicolas est préparateur physique. Il a été préparation physique de l’équipe de football de Virton pendant 10 ans. Son équipe se compose d’un kinésithérapeute et ostéopathe, un médecin du sport, un podologue et posturologue, et une diététicienne et nutritionniste. Je n’oblige personne, mais plusieurs de mes coureurs ont recours en privé à cet encadrement."

Une coupure pour Justin Mahieu

Justin Mahieu ajoute encore. "Ce n’est pas évident, mais le groupe reste hyper motivé. Les performances lors des tests témoignent du travail de tous. Même si la frustration est grande, et rien ne remplacera jamais les vraies compétitions et les émotions qu’elles génèrent."

Des émotions que Justin Mahieu, en tant que coureur en tout cas, ne devrait plus connaître avant de longs mois encore. "J’ai profité de l’absence de perspectives pour faire une coupure totale d’un mois", déclare-t-il. "Je vais juste reconstruire les bases. Dans l’incertitude, cela ne sert à rien de tenter un coup de poker. Je n’envisage rien avant l’automne."

Si ce n’est de nouveaux exploits de ses athlètes.