Le monde de l’athlétisme a lui aussi été contraint de s’adapter aux nouvelles normes sanitaires visant le sport amateur. Au club de Bertrix, à l’ACBBS, tous les affiliés désireux de venir s’entraîner ont été acceptés. 

"Notre président s’était organisé en amont pour demander à tous les athlètes s’ils comptaient se rendre à l’entraînement cette semaine, raconte Katya Lepère, membre de l’ACBBS. Certains ont choisi un autre sport comme hobby, ce qui a déjà réduit légèrement le nombre d’athlètes. Lundi, ils étaient 50. Pour respecter les normes, 5 groupes de 10 membres ont été déterminés, tous sous la supervision d’un entraîneur. Deux groupes sont restés s’entraîner sur la piste, aux antipodes l’un de l’autre, pendant que deux autres groupes, chez les moins de 12 ans, se sont rendus à l’intérieur du complexe sportif. Enfin, pour la dernière bulle, ils ont été courir un cross. C’est tout de même une fameuse organisation puisque cela induit un plus grand nombre d’entraîneurs pour superviser tout ce petit monde."