Les clubs de football ont repris les entrainements depuis quelques semaines maintenant. La préparation se poursuit avec les matchs amicaux. Cependant, joueurs, dirigeants et supporters se demandent si le début des championnats aura bien lieu début septembre. "C'est la cacophonie complète", reconnait le manager régional du comité provincial luxembourgeois Guy Van Binst. "Le gouvernement fédéral a donné le pouvoir aux autorités communales de prendre des mesures supplémentaires ou non. Le plus simple serait d'avoir une décision générale car, pour l'instant, les règles à domicile ne sont pas les mêmes qu'à l'extérieur. Certains clubs peuvent vendre des boissons, alors que d'autres ne peuvent même pas accueillir de spectateurs. Ca part donc dans tous les sens."

L'Association des Clubs Francophones de Football (ACFF) et les comités provinciaux ne peuvent donc pas prendre de décision eux-mêmes. "Ce sont les autorités politiques qui ont la balle en main. On est convaincu que des règles communes sont applicables aux abords de tous les terrains avec une capacité maximale de spectateurs, une distanciation sociale respectée, le port du masque et la vente de boissons. On ne parle plus d'appât du gain, mais de survie des clubs", poursuit Guy Van Binst.

Dans les vestiaires, on parle d'une possible décision vers le 15 août. "Certaines communes interdisent la pratique du football. On ne peut pas se permettre de jouer à certains endroits et pas à d'autres. Il doit y avoir une prise de position globale. Le championnat doit reprendre pour tous ou pour personne", conclut-il.