Luxembourg Lucas Prudhomme (20 ans) n’entre pas dans les plans de Dino Toppmöller.

La jeune classe, Schmit, Devresse, Lesquoy et Reichert, a quitté le club. Le milieu de terrain est resté. Il s'entraine avec le noyau A mais il joue avec l'équipe réserve chaque lundi soir. "Je m’en doutais. Il n’est pas question d’abandonner", assure-t-il.

Lucas, vous avez intégré le noyau A l’été 2017. Deux ans plus tard, avez-vous l’impression de faire marche arrière ?

"Comment dire ? J’ai été titulaire une quinzaine de fois la saison passée, et je suis monté au jeu à de nombreuses reprises. Le nouveau coach, Dino Toppmöller, ne m’accorde pas sa confiance. Je respecte ses choix. Pour garder le rythme, je m’aligne avec la réserve chaque lundi (il est capitaine)."

Vous respectez ses choix. Les comprenez-vous ?

"Monsieur Toppmöller m’apprécie. C’est mon ressenti. À la fin de la préparation, il m’avait expliqué qu’obtenir du temps de jeu allait être difficile car la priorité était de prendre des points. Privilégie-t-il un autre style de jeu ? Ses attentes sont-elles différentes ? Je ne sais pas. À moi de me donner à fond pour recevoir ma chance."

Pensez-vous, en toute objectivité, que tôt ou tard elle arrivera ?

"On verra. La roue tourne vite."

Votre mise à l’écart était-elle prévisible ?

"Au risque de surprendre, je me posais davantage la question l’été 2018. Beaucoup de joueurs avaient débarqué. Je m’interrogeais. J’étais parvenu à faire mon trou. La situation actuelle est comme elle est."

Entre la discussion avec le T1 et la fin août, des joueurs ont rejoint Virton. Dont des milieux de terrain (Stelvio, Vanzo, Kali et Ribeiro)…

"Je pensais voir débarquer une nouvelle tête, voire deux. Pas autant. La direction prend des décisions."

Vos copains Schmit, Devresse, Lesquoy et Reichert ne sont plus là. Besson, Guillaume, Hery (blessé) voire Schaus (GDL) évoluent en réserve. Les jeunes semblent à des années-lumière de recevoir une chance. Que vous inspire cette situation ?

"Mon avis ne compte pas. Toutefois, je trouve dommage de ne plus voir les jeunes en équipe A. Il y aurait quelque chose à faire. Ont-ils encore la confiance du club ? Avec Meunier, Emond et Castagne, l’Académie a démontré effectuer un travail de qualité. La D1B est aussi une lumière pour se montrer."

Vous êtes dans l’ombre. Envisagez-vous de quitter Virton ?

"Tirer des conclusions hâtives ne servirait à rien. Je m’entraîne chaque jour avec le noyau pro, avec l’espoir de gratter du temps de jeu. Vu mon âge (20 ans), je n’entre pas en ligne de compte pour la squad list (1er octobre). La situation est pire pour certains coéquipiers : ils ont l’assurance de ne plus jouer du tout. J’ai le match avec la réserve lundi."

Vous assistez aux matchs à domicile. Quel regard portez-vous sur la D1B ?

"Je suis en tribune et non sur le terrain. C’est différent. On annonçait la D1B très ‘dure’. Je suis un peu surpris : le niveau des adversaires (USG, Westerlo et Lokeren) ne m’a pas impressionné…"