"J’ai dédié ma vie au football et j’ai pas mal de souvenirs à raconter", explique un Marcel Javaux un peu nostalgique. " Chaque lundi, je livrerai une anecdote, une photo... J’ai par exemple quelques souvenirs de voyages à l’étranger."

Sur la page d’accueil de son tout nouveau site, Marcel Javaux donne le ton. "Si tu fais attention à bien gérer ta grande gueule et si tu écoutes les conseils qu’on te donne, on fera de toi un arbitre international." Cette remarque, c’est son parrain dans l’arbitrage qui l’avait formulée quand il avait à peine plus de 18 ans. Il a été arbitre pendant 28 années et a complété cette carrière en étant président du CP Luxembourg et surtout comme chroniqueur de La Tribune. Il a bien levé le pied et prend désormais le temps de raconter son parcours. "J’ai déjà cinq ou six anecdotes qui sont prêtes pour les semaines à venir. J’ai envie de partager ces bons moments avec des gens qui ont envie de les découvrir." Marcel Javaux promet des souvenirs inédits. "Cela ira de mon affiliation à Libin à un voyage à Moscou", précise-t-il.

Sa première chronique hebdomadaire, il l’a intitulée "cinq arbitres et une maman". Il y présente son environnement familial, la boulangerie de ses parents et cet environnement foot dans lequel il a grandi. "Je suis le deuxième d’une famille de quatre garçons. Dans notre maison, à Villance, cela respirait le football. Comme mon père, les quatre garçons ont tous été arbitres. Papa a officié jusqu’en première provinciale et après ses années en tant qu’arbitre, il est devenu membre-formateur de la CPA Luxembourg." Sa maman tient une bonne place dans ce premier numéro. "C’est à elle que je me confiais pour raconter mes conneries."