Luxembourg À Deinze, Mehdi Lazaar a arraché un point important pour Virton.

Si Virton va au bout de ces playoffs en D1 amateurs, l’Excelsior pourra remercier Mehdi Lazaar, auteur en toute de fin de match à Deinze de l’égalisation.

Mehdi Lazaar, vous étiez sur le terrain depuis quelques secondes à peine quand vous avez égalisé, était-ce votre première touche de balle ?

"Franchement, je ne sais même pas vous dire. Tout est allé tellement vite."

Un but qui pourrait valoir son pesant d’or au décompte final…

"Il nous permet surtout d’aborder le match retour de samedi avec plus de sérénité et surtout beaucoup moins de pression."

Deinze venait de prendre les commandes lors de votre montée au jeu, dans quel état d’esprit étiez-vous ?

"Je sentais que nous allions marquer un but et revenir dans ce match. Je pense d’ailleurs que je n’étais pas le seul. Je suis malgré tout déçu parce que je pense que nous aurions pu gagner cette partie."

Objectivement, Virton n’a pas livré un grand match mercredi soir…

"Ce n’est sans doute pas notre meilleur match, c’est vrai, mais il y avait en face une sacrée équipe, qui joue aussi très bien au football. Avec nous, c’est l’une des meilleures de la série. Nous avons surtout souffert en première mi-temps."

Cette égalisation, c’est un but 100 % réserviste puisque Soumaré venait lui aussi d’entrer au jeu quelques minutes plus tôt, la preuve que Virton a besoin de l’ensemble de son noyau ?

"Tout à fait, d’ailleurs Samuel nous le répète très souvent. Il nous dit que nous aurons besoin des 19 pour être champions, et même de ceux qui sont restés à la maison."

Vous êtes tantôt titulaire, tantôt réserviste, comment gérez-vous cette situation ?

"Je ne me pose pas trop de questions pendant les playoffs, ce n’est vraiment pas le moment. Il faut savoir penser au collectif. Je ferai le bilan à la fin de la saison."

Le Virton actuel n’a plus rien à voir avec celui des derniers mois ?

"Non, c’est toujours le même Virton. Peut-être que de l’extérieur vous pensez ça, mais nous sommes toujours les mêmes. Nous travaillons toujours de la même façon. Contrairement à ce que beaucoup pensent, rien n’a changé."

Comment allez-vous aborder le match retour contre Deinze ? Un match nul pourrait-il vous suffire ?

"On ne va pas non plus se poser mille questions. On sera même encore plus confiants. Il leur a fallu un penalty pour marquer. Nous n’avons pas montré grand-chose, mais eux non plus. On va l’aborder avec confiance et sérénité. Ils seront en plus chez nous. Ça change tout. On compte sur nos supporters pour mettre le feu."

Vous êtes actuellement en plein ramadan, ce n’est pas trop délicat à gérer ?

"Non, au contraire, le ramadan a même un effet positif sur le mental des athlètes. Cela te donne encore plus de force."