Avec sa cohorte de joueurs issus de notre province et Frédéric Jacquemart à sa tête, Marloie est un peu la “troisième équipe namuroise” de la série.

Le “derby” de ce soir, face à Onhaye, aura aussi la particularité d’opposer, à distance, deux des meilleurs buteurs de la division, à savoir le Marlovanais Patrick Pratz (5) et le Walhérois Anthony Lorenzon (7).

Deux joueurs qui ont aussi porté les mêmes couleurs, celles de Couvin-Mariembourg, en 2019-2020, sous la houlette d’Olivier Defresne. “C’était lors de ma dernière saison là-bas, en D2”, se souvient le Biesmois, bien placé pour comparer ces deux renards des surfaces. “Ce sont deux profils assez semblables. Deux hommes de rectangle, au sens du but très aiguisé. Leur complémentarité ne sautait donc pas aux yeux, mais quelque part, je suis parvenu à les faire jouer ensemble. Mais, pour cela, j’ai dû demander à l’un d’eux d’endosser un rôle dans lequel il n’était pas le meilleur. En l’occurrence, c’est Patrick qui a accepté de reculer un peu dans le jeu, comme deuxième attaquant ou 9,5, et de dézoner en perte de balle. Cela s’est très bien passé. Pas un ne s’est plaint de la situation. Il faut dire que ce sont deux super gars, aux qualités et à la mentalité exemplaires. Et qui s’entendent très bien. Chapeau à eux.”

Pour l’ex-entraîneur fagnard, ce n’était pourtant pas gagné d’avance. “J’ai même envie de dire que tous deux avaient signé leur meilleur match, cette saison-là, quand l’autre n’était pas là, pour cause de suspension. Je pense aussi qu’Anthony a été un peu malheureux chez nous, car il est très fort dans une équipe dominante, qui lui amène beaucoup de ballons dans sa surface de prédilection. Or, on n’avait pas une équipe pour faire le jeu. Et je crois qu’il en a un peu souffert, car il a été critiqué. Aussi, quand j’ai vu qu’il signait à Onhaye, j’ai tout de suite dit qu’il y serait dans son élément”, explique “Oli”, qui suit régulièrement les prestations d’Onhaye, où évoluent son fils et Lorenzon, mais est aussi resté en contact avec son autre ex-attaquant. “Je suis toujours content de le revoir, sur le terrain et après. J’ai vraiment apprécié de travailler avec eux.”

Quant à savoir lequel des deux secouera le plus les filets ce soir, le papa de Luis reste plus prudent. “Ils marqueront sans doute tous les deux, mais d’un point de vue familial, j’espère qu’Onhaye prendra les trois points. Même si l’entraîneur en face est aussi un ami…”

Les retrouvailles seront nombreuses, ce soir, autour de ce “presque derby.”