Il vient tout juste d’avoir 18 ans le 10 juillet dernier et participe déjà à sa première compétition internationale ce vendredi à l’occasion de l’Euro U20. Clément Labar vit actuellement une année 2021 exceptionnelle.

Pour aborder au mieux le premier grand rendez-vous de sa très jeune carrière, le Cinacien a eu le temps de se préparer mentalement et physiquement. Qualifié lors d’un meeting à Oordegem le 31 mai dernier grâce à un chrono de 9:07.85, l’athlète de l’ARCH a passé un mois sans la moindre compétition pour se préparer dans les meilleures conditions possible.

"Le 5 juin, j’ai couru un 800 mètres à l’occasion d’une Flanders Cup pour travailler ma vitesse, et ensuite, j’ai arrêté les compétitions durant 1 mois, raconte celui qui détient le record de l’ARCH sur 3000 mètres steeple. Avec mon coach, Claude Wilmet, nous avons étalé sur cette période des tests VMA, de la résistance par intervalles, des séries de 300 mètres très rapides, en alternant le travail axé sur la vitesse et sur le fond. D’ailleurs, là, je me sens en forme."

Avant de s’envoler pour Tallinn, le demi-fondeur de Ciney a retrouvé le chemin des compétitions il y a deux semaines, pour un 1500 mètres à Oordegem.

"C’était une course assez spéciale, se souvient Clément Labar. J’ai amélioré mon record personnel en franchissant la ligne d’arrivée en 3:55.00, mais j’étais frustré. Je me suis retrouvée dans une série assez faible, et après 300 mètres, j’ai dépassé le lièvre. J’ai donc fait la course tout seul. J’ai le sentiment que j’aurais pu faire nettement mieux. Au moins, cette compétition m’a montré que le travail des dernières semaines est en train de payer."

Avec le 20e temps des 30 qualifiés, Clément va devoir une nouvelle fois se surpasser pour se hisser en finale, pour laquelle 15 places seront attribuées. "Je pense vraiment que je peux battre mon record personnel en courant par exemple en 9.04.00. Techniquement, je suis très à l’aise sur les barrières et le passage de la rivière. J’ai également bien travaillé ma vitesse. Je suis capable de sortir un bon temps en accélérant sur les 1000 derniers mètres. Si je n’arrive pas à aller en finale, je veux au moins battre mon record personnel. Malgré tout, j’y vais sans pression. C’est ma première expérience à ce niveau. Par contre, le fait d’être ici, je peux vous dire que ça me pousse à essayer d’atteindre le plus haut niveau."