Lundi, l’Union Belge de Football et l’ACFF devront statuer une bonne fois pour toute sur l’avenir de la saison 2020-2021. À l’instar du volley, du basket et d’autres sports, la majorité des clubs de football s’attendent à vivre une saison blanche. C’est le cas de Bernard Jacquemin, le président de Libramont en première provinciale.

"Imaginez une reprise de la saison dans le courant du mois de mars, voire début avril, comment voulez-vous terminer aller au terme de la saison, même avec un demi-championnat ? Il est trop tard, on ne peut pas faire autrement, estime Bernard Jacquemin. D’autant plus que les clubs ne voudront pas jouer au-delà du mois de mai avec leurs étudiants. Dans notre série, Saint-Hubert n’a disputé qu’une seule rencontre pour l’instant, le retard est trop important."

Bref, les Ardennais s’attendent à ce que lundi la décision tombe en faveur d’une saison blanche. D’ailleurs, le comité libramontois a déjà prévu de se réunir le lendemain. "Le but de cette réunion sera déjà de préparer la saison prochaine, explique le président de Libramont. Nos finances ne sont pas encore dans le rouge, elles sont toujours seines, mais sans rentrée financière, elles ne sont pas au beau fixe non plus. D’autant plus que nous avons réalisé des investissements sur le terrain D ainsi que sur le synthétique. Heureusement, nous ne donnons pas de grosses sommes d’argent aux joueurs, nous avions un bas de laine. Nous avons déjà fait un premier tour de table avec eux en vue de l’an prochain. Il y aura quelques départs, mais la majorité du groupe semble repartir pour 2021-2022."

Avant de passer à la saison prochaine, le président des Mauves est favorable à ce que le football reprenne dans une forme amicale durant le printemps.

"Nous attendrons les directives, mais ce serait positif qu’on puisse reprendre au minimum avec des amicaux, ainsi que par le biais de tournois, tant chez les jeunes que pour les équipes premières. Les joueurs ont besoin de retrouver le ballon. Et puis même pour nos finances, ces tournois permettraient de faire tourner la buvette. Elle avait l’habitude de tourner à plein régime. Par contre, pour que les clubs puissent tenir le coup, il faudra absolument attendre que les buvettes soient autorisées à rouvrir avant de reprendre."