Ce week-end se tenait la première manche de Coupe de France pour les vététistes. Le premier rendez-vous dans l’Hexagone depuis cinq mois. Un circuit niché à plus de 1800 mètres d’altitude du côté de l’Alpe d’Huez, avec un parcours présentant une longue montée physique en lacet avant une longue descente alternant dalles et roches naturelles. De quoi offrir un joli spectacle.

Au sein d’un peloton d’une soixante de cadettes, on retrouvait Julia Grégoire. "J’avais déjà eu quelques courses avec notamment un passage sur la route après le déconfinement ou encore une course à Genk, mais rien de comparable à l’Alpe d’Huez", explique la vététiste du Team 123 MTB. "Et comme il s’agissait de la seule course de préparation avant le championnat de France, les meilleures étaient présentes."

Placée en fin de grille, la Barvautoise a progressivement remonté le peloton pour se retrouver avec les prétendantes à la victoire finale. "Au sommet de la longue montée, j’étais déjà dans le top 5 mais c’est au début du deuxième tour, lors de la deuxième ascension, que j’ai fait la différence", nous précise la championne de Belgique en titre. "Nous avions eu l’occasion de bien reconnaître le circuit lors des trois jours sur place avec le Team Wallonie-Bruxelles et je savais que je devais faire la différence dans les montées parce que la descente était très technique et que ça n’est pas mon point fort. J’ai appliqué cette tactique avec chaque fois une belle avance au sommet. Et malgré la perte de quelques secondes dans la descente, je termine avec une demi-minute d’avance sur la première française."

Une victoire de prestige qui ne fait que confirmer les prédispositions de notre jeune représentante. Son maillot noir-jaune-rouge avait bien fière allure au sommet de l’Alpe d’Huez. Julia Grégoire va devoir désormais attendre plusieurs semaines pour retrouver une course à se mettre sous la dent.