Diego Debelic veut s'imposer à l'USGTH: "J’avais besoin d’un club familial"

Diego Debelic (23 ans) a jeté son dévolu sur l’USGTH pour s’y faire une place au soleil.

Diego Debelic veut s'imposer à l'USGTH: "J’avais besoin d’un club familial"
©Matton

Parmi la ribambelle de petits nouveaux à avoir rallié le Stade Saint-Lô avec un mental d’acier et des crampons acérés, Diego Debelic présente déjà un CV drôlement impressionnant pour son âge.

"J’avais à peine cinq ans quand j’ai taquiné mes premiers ballons, en salle, au club de Morlanwelz Music Box, combinant ma passion précoce sur le parquet avec le terrain, à Manage d’abord, à l’US Centre ensuite."

Et très vite, notre petite tête blonde va multiplier les points de chute qu'il nous énumère, sourire aux lèvres : "A l'Olympic en U8, à Mons de U9 à U16 et puis à Courtrai en U17, suite à la faillite de l'Albert. Un bref passage en Flandre que j'ai adoré avant de revenir dans le Hainaut, au SC Charleroi en U19 et où je n'ai gardé qu'un seul bon souvenir, celui de Geoffrey Valenne, mon coach à l'époque."

Diego reçoit alors un coup de fil de la RAAL et se montre à son avantage lors d'une journée de détection : "Je suis resté trois ans chez les Loups, avec quelques apparitions en équipe fanion. Je pouvais y rester mais j'étais en manque de temps de jeu."

Et de reprendre son baluchon, destination Binche (exercice 2020-21) : "Autant le dire, le courant n'est pas passé avec l'entraîneur et je n'ai jamais fait partie de ses plans." Il connaîtra un topo quasi analogue à Manage la saison dernière : "J'ai obtenu un peu de crédit au début mais le coach devait faire des choix…"

Il en faut toutefois bien plus pour refréner l’envie de D. Debelic de performer, lui qui espère enfin avoir trouvé godasse à son pied en débarquant à Saint-Ghislain, non de loin de Frameries où il poursuit des cours d’éducateur pour personnes handicapées à l’IEPSCF.

À l'USGTH, il a été déjà retrouvé Hugo Sardo, côtoyé précédemment au Sporting et à la RAAL mais il s'est déjà fait pas mal de nouveaux comparses lors de la présentation des effectifs qui ont l'état d'esprit revanchard pour dénominateur commun : "Ce club n'hésite pas à miser sur la jeunesse et il me correspond parfaitement car il véhicule des valeurs familiales qui me plaisent."

Le petit-fils du regretté Blaise Rutger (décédé en 2014, il fut une figure marquante dans les milieux sportifs du Centre, en boxe et en cyclisme essentiellement) a de qui tenir : "Je ne serai jamais du genre à jeter l'éponge."

Une ténacité et une obstination qui viendront bien à point pour revendiquer une place de titulaire : "A moi de prouver à mon nouveau mentor, Jean-Christophe Dessilly, ce dont je suis capable. Il va falloir un peu de temps pour que la sauce prenne mais on peut compter sur moi !"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be