Interclubs rêvés pour le Royal Judo Club de Mons

Les garçons décrochent le titre en D1 et les filles sont vice-championnes.

Geoffrey Devaux
Beau succès en D1 pour les judokas montois à l’issue de ces interclubs. ©D. R.
Beau succès en D1 pour les judokas montois à l’issue de ces interclubs. ©D. R.

Le Royal Judo Club de Mons a signé des performances de choix lors des interclubs. Difficile de faire mieux avec une première place chez les garçons en D1 tandis que les filles sont vice-championnes de D1. "Ce bilan est même un peu surprenant dans la mesure où après deux années Covid, nous manquions un peu de repères", souligne Roland Crombois, qui a coaché les équipes durant les trois journées. "On a remarqué une certaine désaffection dans de nombreux clubs et nous n'avons pas échappé à ce phénomène. Avant le Covid, nous avions aligné trois équipes garçons et deux équipes filles. Ici, c'était une de chaque côté seulement. "

Au final, tout s'est très bien passé pour les Montois, qui ont remporté le titre de justesse devant Hornu. "On savait qu'il y aurait une forte opposition. Hornu, avec les frères Bottieau et aussi Benjamin Harmegnies, faisait figure de favori. Nous avons signé une égalité parfaite contre Hornu lors de la première journée et nous nous imposons au général avec une victoire individuelle supplémentaire. Je dois souligner aussi l'excellente attitude des garçons et la très bonne ambiance dans l'équipe, qui compte plusieurs jeunes. Ils ont bien bossé. En plus, les U18 et les U21 ont été successivement retenus par d'autres compétitions et ça n'a pas toujours été évident de composer l'équipe. "

Chez les filles, Roland Crombois s'attendait à voir le Judo Top Niveau Tournai au-dessus du lot et il ne s'est pas trompé. Les Montoises sont parvenues à se hisser à la deuxième place. "Tournai était intouchable. Sur deux journées chez les filles et avec des blessées comme les sœurs Vanoverstraeten ou ma fille Manon, l'équipe était déforcée. Nous avons perdu contre Sambreville mais j'avais décidé de faire tourner afin que toutes les judokates puissent combattre. Nous finissons à égalité avec Sambreville au général mais là encore, nous avions une victoire individuelle en plus. Sincèrement, j'aurais signé à deux mains pour de tels résultats."

Comme d'autres coachs et dirigeants, Roland regrette que la saison des seniors soit déjà terminée. "En comptant les championnats individuels puis les interclubs, tout est concentré sur quatre semaines. La formule est à revoir. Pour les interclubs, il faudrait prévoir une journée en octobre, une en novembre et une en décembre. Pour certaines professions, je pense aux infirmières et aux policiers, se libérer trois week-ends de suite n'est pas évident. Et puis, guérir d'une blessure ou surveiller son poids en une se maine n'est pas facile non plus."

D’habitude, les meilleures équipes francophones retrouvent leurs homologues du nord du pays dans la Division Nationale mais cette année, cette dernière n’est pas organisée afin de pouvoir permettre aux clubs de reprendre sereinement après deux années délicates.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be