La saison des tournois a enfin pu reprendre. Exemple dans le Hainaut.

Le monde du sport a suivi avec attention et scruté les derniers CNS à la recherche d'une lueur d’espoir.

Pour le monde du tennis, la bonne nouvelle est arrivée quand l’AFT a décidé d’autoriser la tenue des tournois de tennis en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dans le Borinage, le club La Volée à Frameries a en tout cas accueilli cette nouvelle avec joie et est l'un des premiers à proposer, dès cette semaine, un tournoi.

"Au départ, la Fédération est revenue vers nous avec des hypothèses de retour alors qu’on avait pourtant fait notre deuil de la saison", se souvient Dany Boutique. "Et puis, elle nous a parlé d’organiser finalement notre tournoi. On s’est dit pourquoi pas. On n’a pas vraiment hésité."

170 inscrits

Avec bonheur puisqu’à la clôture des inscriptions, 170 joueurs étaient inscrits.

"C’est légèrement plus, on parle d’une quinzaine en plus, que d’habitude mais il est difficile de comparer parce que les années précédentes, nous sommes soit en concurrence avec le Doudou ou les examens. Mais, c’est génial que les gens ont répondu présent. Au départ, on se disait peut-être que ça ne serait pas suivi. Et puis finalement, les tableaux sont remplis. C’est une grande réussite. Tout a joué en notre faveur."

Les derniers jours ont en effet été plus réjouissants avec la réouverture du club house, ce qui va permettre au club, sain au niveau financier, de se relancer alors qu’il ne reçoit pas d’aide de la commune et de sauver un peu la saison alors que la saison d’Interclubs a été décalée en août.

Le coup d'envoi du tournoi a été lancé dès samedi.

"Au début, c’était seulement à partir de ce lundi mais nous avons reçu le feu vert pour le samedi. Si pas, on perdait le week-end et on avait moins de marge au cas où il pleut."

Le club a déjà aménagé son club house et ses installations pour que l’organisation soit la plus agréable possible mais surtout soit respectueuse des consignes sanitaires.

"Les toilettes sont ouvertes mais pas les vestiaires et les douches. Pour les joueurs de tennis, c’est peut-être moins contraignant qu’en foot ou ailleurs. Pour le reste, les flacons de gel hydroalcolique sont disposés là où c'est nécessaire, il n’y a pas de poubelle et on respecte la distanciation sociale. Le gérant du club house et le barman portent un masque. Moi aussi en tant que juge-arbitre."

Et de conclure sur une note positive: "Les rentrées de la buvette seront un plus dans une saison écornée. La perte est difficilement chiffrable mais je pense que s’il n’y avait pas eu d’Interclubs, on aurait d’office perdu 30-40 %."