Mons Dante Brogno retrouve le petit banc pour la réception des Loups.

Demain, ce sera le premier derby hennuyer entre le RFB et la Raal pour Dante Brogno. Un match toujours particulier que le Carolo pourra suivre… du banc.

Dante, vous avez purgé votre suspension de deux matchs…

"Oui c’est terminé même si je dois avouer que ce n’était pas très compliqué. Après, c’est toujours mieux d’être au cœur de l’action mais on n’a pas voulu mettre de l’huile sur le feu et on a accepté la sanction. Pour moi, la page est tournée."

Votre équipe n’a pris qu’un point lors de ces deux matchs. Ça n’est pas lié ?

"Peut-être et c’est une hypothèse dont j’ai fait part au groupe. Je serai près d’eux pour renouer avec la victoire. Même si c’est dommage de devoir être tout près pour les pousser, les encourager, ou les secouer si nécessaire."

Des choses ont-elles été mises au point après le revers à Deux-Acren ?

"J’ai voulu qu’on passe très vite à autre chose et dès lundi, je leur ai rappelé que je croyais en eux, comme je crois en eux depuis la première minute. La preuve, c’est qu’on a fait un très beau parcours jusqu’ici, que ce soit en championnat ou en coupe de Belgique."

Ce dimanche, ce sera autre chose. On suppose que vous connaissez le passé récent entre les deux clubs !

"J’en ai entendu parler et j’ai vu des images désolantes. Pour l’image des deux clubs, ça ne peut pas se reproduire. Aucune équipe ne sort gagnante de choses comme celles-là."

C’était pareil, à un autre niveau, entre la Raal et le Sporting de Charleroi ?

"Du côté des supporters, oui. Mais pas entre les joueurs. On se connaissait presque tous et il y avait beaucoup de respect entre nous. Il faut que le terrain reste la priorité. Même si c’est toujours agréable quand il y a beaucoup de public".

Un petit mot sur votre adversaire de ce week-end ?

"Ça reste une bonne équipe, avec de bons joueurs. Ils espèrent sans doute décoller réellement mais moi, j’espère que ça sera le plus tard possible. Mais qu’on ne s’y trompe pas : on ne se bat pas que contre la Raal. On a d’autres adversaires et comme on l’a souvent dit, on se bat aussi parfois contre nous-mêmes. Quand les semaines s’enchaînent et que tout est positif, c’est là qu’il faut être vigilant."

Sur quoi le match peut-il se jouer ?

"Sur des détails, comme souvent. Mais si on met l’engagement dans le bon sens du terme, on sera déjà dans le bon. Après, il restera à y ajouter le football."