Mons

Après 34 heures d’efforts et de souffrances, Laurent Tricarico a terminé son ultra-triathlon, long de 491 kilomètres. A l’arrivée ce samedi au Stade St Lô de Saint-Ghislain, ses amis et sa famille l’attendaient, fiers de ce défi accompli au profit de Cap 48.

Il y est arrivé. Parti vendredi dès 6h30, Laurent Tirafico a terminé un autre de ses défis hors du commun. Soutenu tout du long par quelques triathlètes, il n’a jamais été seul. « Quel bonheur d’arriver au bout », déclare Laurent. « Je me sens bien, je n’ai pas eu de coup de moins bien. Le principal dans un défi pareil, c’est d’aller au bout de l’effort. Le sourire, c’est ma touche personnelle. »

Avec des courts temps de repos bien définis, les 34 heures de Laurent étaient réglées comme du papier à musique. Pour le soutenir, ses amis, sa famille st surtout sa compagne Gessica, présente à chaque instant. « C’est lui qui m’a demandé d’être là tout le long, pour être son point de repère », déclare-t-elle. « Tout ce que je peux faire, c’est le soutenir. Je n’ai pas arrêté de faire à manger, pour qu’il se nourrisse. Laurent est un bon mangeur, il ne voulait pas de barres énergétiques. C’était du frais, du chaud et du consistant. »

Présente dans la voiture pour encadrer le vélo de nuit, Gessica a dû les freiner et les stopper, histoire de prendre du repos. « Ils étaient encore cinq à rouler à 3 heures du matin. Ça devenait dangereux, je les ai stoppés et les ai obligés à prendre du repos. Ils ne se seraient pas arrêtés », affirme Gessica. « Je suis extrêmement fière de lui. Quand j’entend ses idées, je me dis toujours qu’il est un peu fou. C’est un homme de défi, je me demande ce qu’il inventera de nouveau la prochaine fois ! »

A l’arrivée ce samedi, Laurent était lucide, même si son corps souffrait. Bienveillant, il prenait des nouvelles des amis ayant parcourus une dizaine de kilomètres, alors qu’il venait d’en boucler 500. Hors du temps, tout simplement. Laurent, bravo et merci.