Enzo Mayuma, Lucas Liberati, Léo Geoffroy, Ethan Carlier : ces quatre noms devraient ces prochaines saisons continuer à se hisser sur les podiums nationaux du relais 4x100 m comme ils l’ont fait ce week-end à Mouscron pour les championnats de Belgique.

Avec un chrono de 45.78, le quatuor de Dour Sports a devancé Lokeren et Nivelles. Un beau tableau de chasse à épingler.

"Mais ce n’est pas une surprise", lance Franco Liberati leur coach. "Ce projet est en place depuis quatre ans. Et ce n’est pas leur premier podium. Ils avaient déjà une troisième place au Régional et tout a débuté avec un podium déjà en pupille."

Avec un chrono de 47.24 douze jours auparavant lors d’une des rares occasions de se tester, le groupe a bossé pour arriver à Mouscron dans les meilleures conditions.

"En qualifications, on a gagné notre série avec 46.34. Ce n’est qu’en fonction des séries que je pouvais affiner nos ambitions", se souvient le coach. "Il a fallu ajuster des réglages entre le 2e et le 3e relais et ça a marché. Ils ont pu faire leur relais en toute sérénité, ils étaient en confiance."

Tellement bien que les Dourois ont donc gagné plus d’une seconde en douze jours. À 15 ans, 14 pour Enzo, la marge de progression est encore grande.

"Ils s’entendent bien, ils sont réguliers, ils sont toujours présents", se félicite Franco. "Des liens d’amitié se sont noués entre eux. Comme ils courent ensemble depuis quatre ans, il y a des automatismes qui se sont installés aussi. J’ai ma base de trois et une année sur deux je peux compter sur celui qui est dans la catégorie du dessus (scolaire) ou le plus jeune. La transmission se fait de mieux en mieux. Cela est indispensable pour obtenir des résultats."

De quoi rêver à voir à Dour Sports dominer le 4x100 dans les prochaines années ?

"C’est difficile à dire. Moi, je n’avais que quatre athlètes pour Mouscron par exemple là où des clubs ont des groupes plus imposants. Ensuite, leur chrono en individuel est aussi déterminant si on veut viser les grands événements internationaux. Mes quatre relayeurs se valent à ce niveau-là. Seuls 19 centièmes séparent le meilleur du moins bon."