Mons À 55 ans, Françoise Theate va vivre son premier Ironman d’Hawaii.

Si on la connait pour briller dans plusieurs disciplines sportives et désormais dans le monde du triathlon, il manquait une corde à l’arc de Françoise Theate. La Montoise, 55 ans, va combler le vide en participant, demain, à l’Ironman d’Hawaii, le summum du triathlon.

"J’ai accompli jusqu’ici quatre Ironman mais cette fois, ce sera le grand défi, explique celle qui est arrivée sur place il y a près d’une semaine déjà. J’ai déjà réalisé deux ou trois entraînements à vélo et la température va être terrible. En ce moment, à 18 h 30, il fait encore 29 degrés."

Si elle en profite pour visiter un peu des lieux qu’elle ne verra probablement plus, la championne du monde du triathlon sprint essaie d’emmagasiner un maximum d’expériences pour être prête pour le grand départ. Et il a d’abord fallu digérer les 24 heures de trajet pour arriver jusqu’à l’archipel paradisiaque.

"Au briefing, on nous a dit qu’il y aurait pas mal de zones de ravitaillement et chaque fois que c’est possible, il faut prendre les gourdes. La formule du départ a changé cette année et on part par catégorie. Ça veut dire que je serai parmi les dernières à m’élancer, et que je ferai donc plus de vélo au soleil. D’un autre côté, je risque de terminer le marathon alors que le soleil sera déjà couché. Et comme la natation est ma discipline favorite, je vais probablement devoir faire du slalom lorsque je reviendrai sur les concurrentes moins rapides mais parties avant moi."

C’est tout le défi qui l’attend : finir.

"Je ne me suis pas fixé d’objectifs en temps. Il y a une grande part d’inconnues avec les températures enregistrées et ceux qui y sont venus pour la première fois ont rarement fait des performances exceptionnelles."

Ancienne nageuse en eaux libres, venue un peu par hasard à la course à pied, Françoise Theate dispose forcément d’atouts pour vaincre les difficultés de l’épreuve mythique. Avec son expérience et surtout son tempérament de gagneuse, il y a peu de chance qu’elle mette l’aspect performance entre parenthèses.