Mons Nicolas Huysman ne sera plus le coach des Francs Borains à la reprise.

Arrivé en novembre 2016 aux Francs Borains, Nicolas Huysman, comme annoncé dimanche soir, ne prolongera pas pour une quatrième saison en terre montoise. Entretien avec un homme investi jusqu’à la dernière seconde.

Nicolas Huysman, après la rencontre face à Visé, votre décision était déjà prise ?

"Non, loin de là. Le jeudi qui a suivi, j’ai reçu une offre pour une saison supplémentaire. Après quelques jours de réflexion, j’ai décidé de prendre du recul. C’était le moment. J’ai beaucoup apprécié la Belgique, sa passion du football, l’attachement aux autres. J’ai découvert un monde dans lequel je reviendrai avec plaisir, je ne pars pas avec amertume."

Sur vos trois saisons, le bilan est bon, avec notamment la montée la saison dernière ! Cette année, les objectifs étaient atteints eux aussi ?

"On voulait faire 6e et aller au tour final. On a fait mieux. Sportivement, le bilan est extrêmement positif. Le club n’est plus le même que celui que j’ai connu au tout début. Le RFB a franchi des étapes, a mûri. C’est maintenant que le plus dur arrive, pour monter en D1 amateurs. On avait l’objectif d’une montée sur trois ans, ce n’est pas avec moi que le club ira au bout du projet. Mais Roland Louf et David Lasaracina sont des dirigeants passionnés et compétents. Ils y arriveront."

Nicolas Huysman à la tête du RFB, c’est 91 matchs, 57 victoires, 19 nuls et seulement 15 défaites. Vous êtes fier de ce bilan ?

"Ma fierté, elle est collective. On n’arrive à rien tout seul dans le football. J’ai eu la chance d’avoir un staff de grande qualité, avec qui on a accompli de grandes choses. La montée, c’était l’aboutissement d’un travail d’un an et demi. Je retiendrai particulièrement deux éléments. Le premier, ce sont les cinq rencontres face à la Raal. L’enjeu, l’atmosphère, c’était unique. Le second, ce sont les beaux moments partagés dans l’intimité du vestiaire, là où le groupe se construit."

Un dernier message à faire passer ?

"Merci. Merci à nos supporters fantastiques, merci aux Borains et à leurs dirigeants. Merci au groupe et au staff, avec qui on a créé une osmose et une réelle complicité. C’est tous ensemble que nous y sommes arrivés. Ce n’est pas un adieu, je reviendrai un jour."