Mons

Les Francs Borains se sont fait rejoindre et dépasser en toute fin de rencontre par Durbuy.

Cent fois les Francs Borains auraient dû gagner ce match. Mais à force de galvauder les occasions, en se retrouvant à dix pour la fin de match, il restait une chance de voir les Durbuysiens revenir dans le match. Et ces derniers choisirent la toute fin de rencontre pour arriver à leurs fins. "Nous avons eu 8 ou 9 occasions de tuer le match, mais même en gardant le score de 0-1, à 11, nous aurions pu l’emporter", expliquait Dante Brogno, coach des Francs Borains.

L’arbitrage a également été au centre des discussions, ce qui entraîna une rentrée plus que houleuse à l’issue de la rencontre. Le coach ne souhaitait pas commenter les différentes phases litigieuses avant de finalement revenir sur les deux qui lui restent visiblement en travers de la gorge.

"L’exclusion de Chaabi ? Il prend un coup et a le genou en sang. Pourtant, l’arbitre y voit une simulation. Quant à Bailly, il s’est fait descendre par Gorry, et là, l’homme en noir ne bronche pas. C’est incompréhensible. Certes, il ne faut pas critiquer et rester respectueux envers le corps arbitral, mais vous avez vu le même match que moi. Je ne vais pas m’épancher sur le sujet, mais je suis très déçu de cette défaite car nous ne la méritons pas."

Pour le reste, le coach des Francs Borains n’avait pas grand-chose à reprocher à ses joueurs. Ceux-ci avaient eu la mainmise sur la rencontre et comme on l’a dit, seuls les buts et la concrétisation ont fait défaut.

Une analyse qui tranche avec celle que l’on peut faire des locaux qui se sont rués à l’offensive dans les cinq dernières minutes et qui en plantent deux.

On notera tout de même que Demarteau avait expédié un penalty dans les nuages. Malgré cette première défaite de la saison, les Francs Borains restent en tête de la série avec une unité d’avance sur Meux qui a été accroché à la Raal et Namur qui leur recolle aux basques.