Flénu-Jemappes (P2B), ce sera le match du week-end dans la région de Mons-Borinage. Chez les Oriolo, le match sera encore plus spécial. Le père coache l'une des équipes, le fils évolue chez l'adversaire.

Cela faisait 28 ans que ça n’était plus arrivé ! Dimanche, Flénu affronte Jemappes dans le derby de P2 entre deux équipes qui partagent le même code postal.

Un match encore plus spécial pour Giancarlo et Filippo Oriolo. Le père et le fils sont respectivement entraîneur de Jemappes et joueur de Flénu.

"On se taquine un petit peu." C’est avec un grand sourire que Filippo Oriolo préface la rencontre qui l’opposera à son père ce dimanche. "Le vainqueur va pouvoir chambrer l’autre pendant quelque temps."

Pour Giancarlo, cette petite tension est bon enfant. "Nous sommes très complices, que ça soit au niveau du foot ou dans la vie, souligne l’entraîneur jemappiens. C’est sûr que ça sera quelque chose de se retrouver adversaires dimanche."

La maison des Oriolo, située à une centaine de mètres du terrain de Flénu, vibre en tout cas cette semaine. D’autant que Filippo y vit toujours. "Ce n’est pas facile pour ma mère, sourit le jeune joueur. Elle ne prend pas trop parti mais un match nul l’arrangerait sûrement (rires)." Le père confirme avec le sourire la position compliquée de son épouse. "C’est son anniversaire dimanche en plus ! Filippo voudra sans doute lui offrir une belle prestation mais elle a rêvé que nous gagnions 0-2."

On parle en tout cas de ce match partout dans les deux villages. "Il y a une belle effervescence autour du derby, c onfirme l’entraîneur . Ça fait plaisir de voir que Jemappes et Flénu vibrent à nouveau un niveau football. Ce match, c’est une superbe récompense pour notre président qui réalise du super boulot."

Pour Filippo, c’est aussi une bonne occasion de revoir d’anciens coéquipiers. "J’ai joué là-bas sous les ordres de mon père. Je connais énormément de monde. La rencontre est très attendue."

Sur le terrain, père et fils s’attendent à un véritable combat. "Ça va être la guerre", promet le Flénusien. "Mon équipe est prête physiquement", annonce quant à lui le mentor jemappiens. "Mais ce que je souhaite, c’est que ça soit une belle fête sans aucun incident. Et je sais que ça sera le cas !"