En huit jours, le Symphorinois va disputer ses deux derbies de la saison et la première étape l’emmène au stade Saint-Lô où Tertre-Hautrage l’attendra de pied ferme.

"Ils ont du mal en ce début de saison mais c’est une équipe qui sera difficile à jouer, confie Benoît Sotteau. Individuellement, certains peuvent faire la différence et il manque peut-être l’un ou l’autre leader sur le terrain. Mais ils se connaissent depuis pas mal de temps et je suis convaincu qu’ils ne resteront pas longtemps en bas de classement. C’est une équipe comme la nôtre en fait."

Sauf que le Rapid a réussi, lui, son début de championnat.

"C’est l’année de la confirmation et c’est souvent la plus dure mais c’est vrai qu’il y a aujourd’hui beaucoup de maturité dans notre équipe. Il ne faut pas oublier non plus que ce groupe a été formé en grande partie en P2. On ne se prend pas la tête, on joue chaque match pour le gagner, quel que soit l’adversaire."

Et même s’il s’en défend, ce match sera particulier pour le Colfontainois puisqu’il a porté les couleurs saint-ghislainoises il y a quelques années déjà.

"J’étais arrivé en promotion mais je n’avais pu jouer que sept ou huit matchs parce que Malines m’avait fait un sale coup. Si je me souviens bien, on n’avait pas pu se sauver. Je suis resté en P1 et j’ai connu là-bas de bons moments. Des moins bons aussi sur la fin, mais c’est le foot."

Pour celui qui est revenu de blessure il y a quinze jours, ce sera surtout l’occasion de passer un bon moment, surtout après le match.

"Beaucoup de choses ont changé depuis mon passage, que ce soit dans le groupe ou la direction. Mais j’ai quand même pas mal de potes comme Fassin, Melckenbeeck, Polain ou El Araichi. Si on ne se fait pas de cadeau sur le terrain, on se retrouvera avec plaisir pour boire un verre après le match."