Volley: Trois Namuroises parmi les finalistes à Barcelone avec la sélection francophone

Inès Cambier, Léa Hubeaux et Lou Doneux ont participé au superbe parcours de la sélection francophone au tournoi de Barcelone.

Michel Boreux
Volley: Trois Namuroises parmi les finalistes à Barcelone avec la sélection francophone
©D. R.

Battantes, soudées, persévérantes, motivées, déterminées : ce sont les cinq qualificatifs que les filles de la sélection francophone avaient choisi d'accoler à leur identité, au moment de s'envoler pour la capitale de la Catalogne. "Et elles les ont très bien respectés", souligne le directeur technique Herman Vleminckx, qui emmena son groupe jusqu'en finale de l'épreuve.

Ses douze joueuses, parmi lesquelles figuraient Inès Cambier, Léa Hubeaux (Namur Volley) et Lou Doneux (Gembloux), ont d'abord remporté 3-0 deux de leurs trois matchs de poule, puis leur demi-finale, sur le même score, avant de retrouver l'équipe A de Barcelone, qui les avait battues 3-1 au premier tour. "Et on a presque gagné cette finale, car on menait 13-11 dans le cinquième set, explique le coach de la FVWB. On s'est finalement inclinés 16-14. Des larmes ont coulé, sur le moment. Mais c'est un résultat extraordinaire. D'autant qu'on alignait neuf U16 et même une U14, alors qu'on était inscrit dans l'épreuve U18 de ce tournoi, qui revenait à l'affiche après deux ans d'arrêt dû au Covid. Les filles ont vraiment bien joué, avec beaucoup de discipline."

Cette prestation d'ensemble réussie n'est évidemment pas tombée du ciel, mais est le fruit d'un travail de haut niveau, mené sous la houlette d'un staff qui l'est tout autant. "Je ne m'attendais pas à ce résultat-là. Mais cela prouve bien que, quand on s'entraîne avec la qualité et le volume nécessaires, tout le monde peut progresser, individuellement et collectivement. Les filles s'étaient en effet préparées spécifiquement pour ce rendez-vous international depuis le 13 mai, tous les dimanches matin. On y a travaillé aussi bien la musculation que la tactique et la technique. Même en période d'examens, elles étaient au moins onze à chaque séance."

En Espagne, même les petites blessures n’ont pas réussi à faire dérailler le groupe de la bonne voie.

"Léa, qui souffrait du genou, n'a par exemple pas disputé la demi-finale, par mesure de précaution, et a été remplacée par Lou à la passe. D'autres, comme Inès (pouce), ont aussi reçu des soins, ajoute celui qui fit office de kiné, au-delà de son rôle de T1. On avait un entraînement tous les matins à 9 h et, l'après-midi, on analysait, non seulement notre équipe, mais aussi l'adversaire, pour déterminer la tactique en vue du match du soir."

La délégation est rentrée ce week-end de Barcelone, des bons souvenirs plein la tête. Mais ce ne sont pas encore les vacances pour tout le monde.

"Inès était conviée à l'entraînement des Yellow Tigers U17 ce lundi matin. C'est la seule de nos cinq filles, qui étaient allées à la séance précédente, à être rappelée. De notre côté, on va commencer à préparer les garçons U18 en vue d'une compétition organisée en Pologne, du 15 au 19 août", conclut Herman Vleminckx.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be