Après deux premiers festins tout autant corsés qu’appréciés, Tanguy Berthe et son équipe ont dû laisser le Jambon au frigo en 2020. Ils le ressortiront cette année, à la sauce Covid, avec un Trail du Jambon servi sur 2 jours, les 22 et 23 mai.

Le 29 km, farci de 1 700 m de dénivelé positif aura lieu le samedi, et le 19 km de 1 000 m, le dimanche.

Un troisième plat encore plus épicé, de 46 km et 2 500 m de D +, figurait aussi initialement à la carte. "On l’a supprimé, 46 km, en autonomie complète, c’est-à-dire sans ravitaillement, au vu de la difficulté, c’était un peu trop risqué", justifie Tanguy Berthe. "Pour des gens bien préparés, cela passe. Mais il a fallu faire des choix. Par ailleurs, les zones de départ et d’arrivée seront distinctes, avec un espace de 10 m2 par coureur, et des départs par vague de 40 toutes les 20 minutes."

Et ce, à partir de 10 h et même 9 h 40, tant samedi que dimanche, puisqu’un sas dit "élites" a été prévu tant sur 19 km que 29 km, pour permettre aux meilleures guibolles d’en découdre. Ils sont 50 au total à avoir hérité d’un dossard élite. Contentons-nous de citer Maximilien Drion, Nicolas Bucci, Johan Goubau, Denis Trillet, Hugo Ralet, Julien Charlier, Eric Brossard, Guillaume Deneffe ou Florian Descamps, sans parler de bien d’autres de quelques belles pointures françaises aussi.

Par ailleurs, si vous espérez encore épingler un dossard, c’est fumé. Outre les élites, 396 dossards étaient disponibles par distance, soit 792. Tous ont trouvé preneur. Ce sont donc pour ainsi dire autant de traileurs qu’en 2019 - on avait recensé 804 finishers -, qui prendront d’assaut les murs de Membre-sur-Semois.

Bref, il faudra plus que jamais de sacrés jambonneaux pour s’offrir un Jambon de folie. "En fonction du Codeco de ce 11 mai, on verra si on peut publier un classement, mais le fait de regrouper les plus rapides devant, même sans classement officiel, sera une belle motivation pour eux", conclut Tanguy Berthe.