L’entraîneur des gardiens de Spy reprend du service forcé.

À 43 ans, l’entraîneur des gardiens de Spy, Christophe Dumont, a dépanné dans les buts de Spy ce dimanche face à Oppagne-Wéris (2-3). Le club n’avait d’autre solution vu la blessure de Moricuso (épaule) et l’absence du n°2 Guillaume Robert, confirmée vendredi soir.

"Il pensait pouvoir venir et rentrer à l’armée dimanche soir mais il devait partir en manœuvres et devait dès lors y rentrer dans l’après-midi" , explique Christophe Dumont.

Après une carrière de gardien en P1 à Gosselie et en Promotion à Farciennes, ce dernier a donc renfiler les gants.

"J’ai des courbatures un peu partout au niveau des jambes, du cou, etc." , nous confiait ce lundi le portier temporaire de Spy. "C’est compliqué de se remettre dedans après autant d’années. J’ai eu quelques interventions à réaliser dans le jeu aérien et sur des frappes ainsi qu’un peu de jeu au pied mais je n’ai pas non plus été mis à rude épreuve. Le réveil a été dur, d’autant plus que j’ai des genoux bien abîmés suite à de nombreuses opérations datant de mon époque de joueur", poursuit l’entraîneur des gardiens.

Depuis son but, ce dernier a pu se faire une idée des faiblesses de son équipe. "On veut bien faire en voulant marquer pour prendre trois points mais on en oublie parfois l’aspect défensif", précise le TK, qu’on risque de revoir dans les buts encore dimanche après-midi à Meix-devant-Virton. "Tous les scénarios sont possibles. Robert sera encore en manœuvres avec l’armée lors des deux prochains matchs. Quant à Maricosu (NdlR : qui passe un arthroscanner ce mardi) , je ne pense pas que sa blessure soit très grave mais il faudra sans doute encore quinze jours de repos."

Christophe Dumont devrait donc assurer l’intérim jusqu’à la trêve, à moins que Spy ne trouve un gardien libre et répondant aux conditions pour pouvoir jouer.