Belgrade n’a assuré sa victoire qu’en toute fin de rencontre et, pour le même prix, les Couteliers auraient même pu émerger. La faute à un 0-16 assez improbable au début du quatrième quart-temps (70-76).

Pourtant, les visités ont longtemps eu la maîtrise des débats. "Nous avons eu à deux ou trois reprises dix unités d’avance et il y avait vraiment la place pour éteindre tout suspense", confie le coach local Didier Themans.

Il pousuit: "On avait évidemment des schémas de jeu bien précis et, en règle générale, on les a bien respectés. Quelquefois, nous avons un peu perdu notre rythme mais c’est logique face à une équipe qui évolue par à-coups. Il fallait à tout prix éviter à Seki Kandi et Cirelli de bénéficier d’espaces et on les a bien contenus. Le dernier cité a beaucoup marqué mais il jouait aussi tous les ballons, en oubliant ses coéquipiers. Nous avons maîtrisé le jeu intérieur et nous avons eu de bonnes sensations face à la zone."

Du côté des visiteurs, promus en TDM2, n’être battus que de trois points par une valeur sûre de la série n’a rien de honteux, mais Tom Poppe ne peut en aucun cas se satisfaire du contenu.

"On a déjà loupé notre début de match et après il faut une débauche d’énergie pour revenir dans le coup", explique-t-il.

Avant de continuer : "Ensuite, je n’ai eu que trois joueurs à niveau, c’est bien entendu insuffisant. On n’a pas assez travaillé en équipe, c’est une certitude. Malgré tout, nous avons eu la chance de passer devant mais, au lieu de calmer le jeu, on s’est mis à shooter après une passe. Il n’y a pas à tourner autour du pot, on a raté notre entrée en matière. Certaines stars chez moi pensaient tout savoir mais on a vu le résultat sur le parquet."