Les Namuroises ont perdu sept matchs par cinq points d’écart tout au plus.

Bouge a vécu une montée historique en R2, mais cela ne s’est pas vraiment passé dans les règles. Les Namuroises n’ont même pas été finalistes des play-offs de P1 et n’ont appris leur promotion que le 20 mai suite à l’arrêt de Bellaire à l’échelon régional. "Cela ne nous a même pas laissé deux semaines pour nous retourner et nous renforcer en conséquence, confie le coach Jean-Luc Lalmand. Notre meneuse Mairy Chainiaux est partie à Profondeville et n’a pas été remplacée. Ceci dit, cela a permis à certaines jeunes de sortir de leur coquille et de prendre leurs responsabilités."

Célia Lalmand (ex-Namur Capitale) est tout de même venue renforcer le secteur intérieur où elle forme un duo prolifique avec Marie Noël.

Malheureusement, on ne peut pas dire que les résultats répondent à l’attente. Un deux sur onze qui laisse un goût de trop peu, surtout au vu de la physionomie des rencontres. "Sur nos neuf défaites, sept l’ont été de… cinq points d’écart tout au plus. Il y a forcément de la frustration que la pièce ne tombe jamais de notre côté (NdlR : Bouge l’a tout de même emporté sur le fil 66-68 à Braine B). Ceci dit, on répète trop souvent les mêmes erreurs. Défensivement, il faut être plus hargneux. Offensivement, il y a moyen d’aller plus loin dans nos schémas, plutôt que de privilégier la facilité en dégainant à distance. Je reste persuadé que nous sommes à notre place en R2 mais il faut plus d’application."