Les Anversoises évoluaient encore en D1 la saison dernière. Elles alignaient deux Espagnoles et une Américaine mais cela n’a pas empêché Ciney de l’emporter largement. Du moins dans les chiffres.

"On s’est certes rapidement envolé à 10-2 mais par la suite, l’écart s’est stabilisé tout au long de la rencontre", confie le coach condruzien Nicolas Gowenko. "Face à des joueuses très grandes et costaudes, il a fallu être très rigoureux défensivement. Ce n’est que dans le dernier quart que cela s’est débridé. Vandesteene a eu une réussite insolente mais collectivement, c’était très fluide offensivement et dans les deux dernières minutes, on a accentué notre avance via la conversion de lancers francs."

Les douze clubs de D1 entreront en lice lors des huitièmes de finale alors qu’il restera quatre clubs de R1 issus des tours préliminaires. Les Bleues ont donc trois chances sur quatre d’affronter une équipe de l’élite nationale. Si c’est le cas, elles évolueront d’office à domicile. Un match à disputer au plus tard pour le 19 novembre.