Bouge et La Bruyère ont décidé d’unir leur destinée en décembre dernier mais le mariage n’a été officialisé que ce 30 mars. C’est que ce dernier club n’était plus actif depuis la fin de saison 2019-2020.

"Il a fallu réactiver notre statut et provoquer une AG alors que Bouge a aussi dû réunir ses membres avant que l’on n’organise une AG réunissant les deux clubs cette fois", confie le président bruyérois Pierre Derclaye, qui sera également le nouvel homme fort de l’entité fusionnée.

"Il n’y a pas de hall sportif dans notre commune (Ndlr : un projet est en cours à Emines et devrait être concrétisé pour juin 2022). Nous occupions le complexe de Floreffe mais la Ville ne voulait plus qu’un club hors commune ne bénéficie de plages horaires. Nous avions sondé Sombreffe et d’autres entités mais il avait été impossible de nous recaser."

La P2 Dames de La Bruyère avait dès lors trouvé refuge dans le club de Bouge, qui évolue au Hall Souvenir de Jambes. Après un premier rapprochement, il était logique d’officialiser les choses. "Nous nous retrouverons donc avec deux P2 et l’objectif à terme est de rejoindre l’élite. Plus important, nous aurons des U19, U16 et U14. Pour une première année, ce n’est pas mal du tout. Il y avait même de la demande pour d’autres catégories d’âge mais nous n’avons de disponibilités en suffisance pour créer d’autres équipes."

Le Royal Club Bouge La Bruyère jouera en vert et blanc et gardera le matricule de Bouge. Son logo sera un tigre. En attendant que la prochaine saison débute, certaines joueuses ont déjà pu se mettre en mouvement ce mercredi 21 avril.

"Nous utilisons la cour de récréation de l’école à côté. C’était une première prise de contact importante pour les U16 et U19, d’autant qu’il y a quelques nouvelles joueuses. C’était aussi l’occasion de se remettre en mouvement après de nombreux mois d’inactivité. On renouvellera l’expérience toutes les semaines, si le temps le permet."