Namur

Les Andennais étaient déforcés mais ont livré leur prestation la plus aboutie de la saison.

Andenne B était privé de Colle et Klein, retenus avec la R1 qui jouait dans le même temps à Neuville. Vanoverschelde est toujours blessé alors que Melon était indisponible.

Compte tenu de l’absence de ces cadres, on craignait que les visiteurs n’aient pas voix au chapitre et que le derby soit à sens unique. Il n’en a rien été même si l’écart ne s’est réduit que dans la dernière minute.

"C’est vraiment dommage d’être passé à côté de notre deuxième quart-temps", estime le pivot Pierre Delahaut. "On ne peut pas se permettre d’encaisser 25 points en dix minutes, d’autant que nous pouvions éviter de concéder autant de rebonds offensifs. Nous avons aussi trop dribblé et loupé des choses faciles sous l’anneau. Cet écart de dix unités, on l’a certes stabilisé mais on n’a pas été en mesure de le réduire. C’est dommage de ne pas avoir eu ce petit plus pour vraiment faire douter Profondeville. Il nous faut encore un petit temps d’adaptation aux réalités de la R2. Moi par exemple, la saison dernière, je jouais encore en P2. Ceci dit, ce samedi soir, notre collectif ne s’est jamais détricoté. C’est la première fois de la saison et cela doit nous encourager à bosser pour aller chercher cette première victoire."

Profondeville , de son côté, vient de signer son quatrième succès en cinq rencontres. Les Mosans sont deuxièmes derrière Tilff sans avoir livré une seule prestation référence depuis le début de saison.

"Les chiffres ne mentent pas, nous ne l’avons jamais emporté de plus de dix points", explique le coach Thomas Dustin. "On fait l’effort de prendre les devants, on estime que c’est suffisant et on laisse l’adversaire dans le match. D’ailleurs, ce samedi, nous n’avons remporté qu’un quart-temps. Il faut progresser en termes de gestion, sinon on risque de s’en mordre les doigts à un moment donné."