Namur

Le match ne s’est décanté que les trente dernières secondes. Les Condruziens découvriront la R1.

Ciney. Le score est trompeur et ne reflète pas la physionomie de la rencontre. A trente secondes du terme, il n’y avait encore que deux points d’écart (80-78) et les Condruziens ont ensuite fait la différence grâce à la conversion de leurs lancers francs. 

"Cela rend ce titre encore plus beau", confie le coach Yohan Balthazar. "Je savais que Vieux Campinaire avait de la ressource et effectivement Pirlot et Karavokyros ont fait très mal à distance alors que Sculier a mis une énorme intensité défensive. Il y avait forcément du stress dans notre camp et je l’ai peut-être plus extériorisé que d’habitude. J’avoue qu’à 56-63 (à la 28e), j’ai douté mais fort heureusement, Degée et Legros ont alors rentré des shoots qui nous ont remis dedans." 

Ciney découvrira la R1, échelon auquel il n’a jamais évolué. Quant à Vieux Campinaire, la belle aventure s’arrête là. 

"La déception est énorme, cela s’est joué à rien du tout", explique Mathieu Pirlot. "Un rebond pris, une mauvaise passe, un lancers franc converti ou non, voilà à quoi cela a tenu. Franchement, on n’a rien à se reprocher, on a sorti un gros match mais le souci, c’est que Ciney aussi." 

Vieux Campinaire doit encore théoriquement disputer un test match pour la montée face à Neuville, finaliste malheureux en R2B. Reste à voir si les Hennuyers le veulent vraiment alors qu’il se dit que les Liégeois ne sont pas non plus chauds à cette idée.

Ciney – Vieux Campinaire 87-79

23-21, 42-40, 59-63

Ciney : Nicolin, Balthazar 1, Jacques 3, S. Hautot, Bully 15, Degée 12 (2x3), Absil 12 (1x3), Legros 10 (1x3), Malliar 17, Pirlot 17 (2x3).

Vieux Campinaire : Ahmed 10, Bearzotti 2, Sculier 11, Karavokyros 15 (3x3), Pirlot 12 (3x3), Lebrun 18, Duding 5 (1x3), Bolly 4, Van Haekendover 2.