Namur Un solide palmarès qui se retire en raison d’un nouvel ennui de santé.

Le palmarès du coureur Cédric Mathieux est impressionnant. En 115 courses disputées en seulement cinq ans, le Suarléen a décroché 70 victoires. Malgré de telles statistiques, il a décidé d’arrêter complètement la compétition suite à un nouveau souci de santé.

"Je me suis fait opérer du cerveau il y a dix ans. Je ne sais pas si c’est lié ou non mais, depuis, j’ai des problèmes de reflux et j’ai déjà subi deux opérations de Nissen, en 2010 et 2013. J’ai fait ma dernière course le 25 mai dernier à Temploux où j’ai à nouveau eu très mal à l’estomac. Je dois à nouveau me faire opérer. À 40 ans, il est temps de mettre les chances de mon côté. La compétition, c’est fini", explique Cédric Mathieu toujours soutenu par l’ASBL Entre Parenthèses.

S’il s’est fait une raison, Cédric Mathieux n’en oublie pas pour autant tous les bons moments passés sur les différents événements auxquels il a pu participer. Sur le podium des souvenirs, il place en troisième position sa victoire en février dernier au premier jogging de Warisoulx, village de son enfance, et sa septième place au semi-marathon de Beaune, en France.

"J’avais fait les six premiers kilomètres en tête avec quatre Kényans, c’est un magnifique souvenir."

Sur la deuxième marche, ses trois victoires en 2016, 2017 et 2018, sur les 25 km du trail de Chevetogne. "Mon plus beau souvenir est ma victoire sur le Trail de Namur, où j’ai fait les 30 km avec 1000 m de D + en 2 h 05 en 2016. C’est le record. Je me suis senti pousser des ailes ce jour-là."

C’est donc sans regret, ou presque, que Cédric Mathieux stoppe la compétition. "J’aurais aimé découvrir ce sport plus tôt (NdlR : il a fait douze années de cyclo-cross et de vélo de route avant la course à pied). Avec une convivialité et une mentalité exemplaires, et de super rencontres faites tout au long des parcours, peu importe le niveau."

Papa de deux garçons et d’une petite fille, il va désormais se consacrer à ses enfants et les suivre dans leurs activités sportives respectives. "Le plus grand court et fait du vélo, il n’est pas impossible que je l’accompagne sur certaines courses mais plus devant. Je cours d’ailleurs encore deux fois semaines mais à 10-12 km/h et j’ai repris le vélo. Ma fille fait de la danse et mon autre fils est inscrit au club de vélo de Marchovellette."