Le joueur de l'ASD Rocella s'entraîne pour retrouver la forme et retournera en Italie fin juin.

Arrivé en début de saison à Spy en provenance de la Raal, Vincent Bazzarelli a rapidement fait ses valises pour rejoindre l'Italie après avoir réussi ses tests à la Reggina (Série C). Le médian offensif a signé un contrat de deux ans avec le club italien, qui l'a ensuite prêté à l'ASD Rocella Ionica, qui luttait pour son maintien en Série D. Mais le coronavirus a quelque peu chamboulé son ascension. 

"J'ai effectué trois montées au jeu, de 15, 30 et 20 minutes et on a fait un 6/9 qui nous a permis de nous sauver. La D4 là-bas, c'est le monde semi-professionnel. J'avais deux entraînements par jour. On avait déjà des mises au vert. On a joué en Sicile devant 4.000 personnes. Quand on y est allé, on a pris le bateau et la police nous attendait car c'était chaud. Ca change de ce que j'ai connu ici, à Spy", explique le joueur.

Confinement oblige, le jeune joueur de 22 ans a ensuite dû prendre son mal en patience. "J'étais coincé à l'hôtel avec quelques équipiers : un Croate, un Argentin et deux Espagnols. On se voyait par le balcon. On n'avait qu'un vélo et un tapis de course pour garder la forme. C'était compliqué mais on a survécu."

Depuis la semaine dernière, Vincent Bazzarelli est de retour en Belgique pour peaufiner sa condition physique. 

"Je m'entraîne avec Pierre Parmentier qui me suis au quotidien. Soit il me donne des exercices à faire, soit on se voit." 

En Italie, le déconfinement a débuté voici plusieurs semaines. Si une reprise de la Série A est évoquée, les divisions inférieures devraient, elles, être clôturées. 

"Je dois retourner le 30 juin en Italie pour faire le point sur la saison prochaine avec la Reggina, club auquel j'appartiens et qui devrait monter en Série B. Mon souhait est évidemment de m'y intégrer car la Série B, c'est un autre monde et ils ont pour projet de retrouver la Série A", termine le joueur.