Namur Le défenseur central a trouvé ses marques dans la formation walhéroise.

Pour sa première saison à Onhaye, Nicolas De Maeyer s’est imposé dans la défense walhéroise à seulement 20 ans. D’abord utilisé comme back gauche, l’ancien Espoir du Standard et du Sporting de Charleroi a été repositionné dans l’axe aux côtés de Grandville, suite au départ de Van Aerschot. Samedi soir à Tournai, il fêtera sa 24e titularisation de la saison (championnat et tour final confondus).

Nicolas, la saison touche à sa fin. Quel bilan en tirez-vous ?

"Il est super. J’étais venu pour avoir du temps de jeu en équipe première avec l’objectif de jouer la montée dans un coin de la tête et c’est ce qu’il se passe. On court beaucoup moins à Onhaye qu’en Elites car on est plus dans le positionnement et la tactique mais je prends bien plus de plaisir ici qu’auparavant."

Votre repositionnement dans l’axe vous convient mieux ?

"En me transférant, le coach m’avait assuré que je jouerais à gauche. Puis, avec le départ de Van Aerschot, j’ai été replacé dans l’axe, une place qui est plus naturelle pour moi et qui me convient mieux. C’est là que j’ai été formé mais depuis quatre ans, on m’avait replacé à gauche. C’est une place qui demande plus d’efforts, de montées, de centres, de la technique. Or, je suis plus dans la vision globale du jeu, à essayer de guider l’équipe."

C’est un rôle qui correspond à votre caractère ?

"Oui, mais je dois encore progresser à ce niveau-là. Le coach me dit d’ailleurs assez souvent de prendre plus en main la défense."

Malgré la jeunesse, la charnière centrale avec Granville (22 ans) fonctionne plutôt bien…

"On se débrouille pas mal, effectivement. On se complète bien et on est amis en dehors du terrain, ça aide. Lui est plus costaud et foufou sur un terrain. Il a tendance à plus s’emballer et à se jeter quand c’est chaud tandis que je suis davantage dans la temporisation."

La philosophie de football propre à Onhaye vous convient également ?

"Complètement et j’adore ça plutôt que de chercher Lambert via des longs ballons. D’ailleurs, quand on joue sur un mauvais terrain, le coach nous demande de balancer et ça, ça me saoule (rires) . J’ai déjà fait pas mal de boulettes avec les jeunes en ne relançant pas proprement mais ici à Onhaye, ça va. Je me suis calmé."


Tournai, un style de jeu structuré

Tournai évoque un bon souvenir aux Walherois, qui avaient remporté leur dernier match de championnat face à eux avant de débuter leur tour final l’an dernier. “Il y a eu des changements dans leur effectif depuis, mais leur coach est le même, c’est un avantage. C’est un style de jeu très structuré et ils n’ont d’ailleurs pas la meilleure défense de l’autre D3 amateurs pour rien. Il y a aussi des qualités offensives avec pas mal de jeunes formés dans des clubs Élites. Cependant, nous sommes sereins et j’ai senti dans nos rangs beaucoup de maturité. Dans ce tour final, la fraîcheur physique et mentale fera la différence. On s’est bien reposés et on a bien bossé dans la semaine. J’espère enfin que cette rencontre se déroulera de manière fair-play , explique le coach d’Onhaye, Lionel Brouwaeys.


Le noyau : De Vriendt, Lambert, B. Delplank, Kembi, Gilain, Granville, Bastin, Th. Delplank, Guiot, Leclef, Wauthy, Herman, Zingle, Lizen, De Maeyer, Mathieu, Hendrick, Piazzalunga.