Le tennis peut toujours se pratiquer à l’extérieur mais pas en indoor, du moins pour les plus de 12 ans. Ayant appris que le bourgmestre de Gembloux Benoît Dispa, avait octroyé une dérogation au club local, le gestionnaire des Alloux, Patrice Helin, a interpellé le bourgmestre de Sambreville, Jean-Charles Luperto.

"A partir du moment où l’on peut ouvrir deux côtés de la bulle et qu’en plus, elle n’est pas chauffée, on peut estimer être dans les mêmes conditions qu’à l’extérieur, si ce n’est qu’on est protégé des précipitations", confie-t-il. Malheureusement, ce courrier n’a pas du tout eu les effets escomptés. "Non seulement Monsieur Luperto nous a répondu que cette décision n’était pas de sa compétence mais il a en plus contacté la Province et les Couteliers ont dû stopper leurs activités."

Une prise de position qui suscite forcément l’incompréhension. "Le Racing Club de Baulet, à côté de chez moi, a un terrain extérieur de padel. Il ne désemplit pas. On peut y jouer en doubles sur une surface équivalente à 50 % d’un terrain de tennis. Je suis content pour les Hennuyers mais il n’y a quand même rien de logique."

La Ministre Glatigny n’a annoncé aucune perspective avant Pâques. C’est toute la saison hivernale qui est foutue en l’air. "Des membres m’appellent tous les jours, ils ont besoin de bouger. Normalement, chaque hiver, 140 personnes prennent un abonnement et viennent jouer minimum une heure par semaine. C’est un manque à gagner de 15 à 20.000 euros. Les Alloux, c’est une structure privée, pas un club communal. J’ai des frais fixes à payer. J’ai heureusement reçu une prime de 5.000 euros et une autre de 3.000, mais cela ne suffit pas. Je pourrai encore honorer le loyer le mois prochain mais ensuite, les caisses seront vides. Certains avaient déjà payé leur abonnement hivernal, cela m’a aidé, mais je leur offrirai logiquement la saison estivale. Cette année, je ne pourrai pas faire appel à une société extérieure pour rafraîchir les terrains. On fera cela en interne, cela me permettra d’économiser 4.000 euros." En espérant que les Interclubs puissent commencer fin avril et surtout que la cafétéria ait aussi l’autorisation de fonctionner.


La réaction de Jean-Charles Luperto

Jean-Charles Luperto a souhaité réagir aux propos de Patrice Helin.

"Ce 27 janvier 2021, figurait dans la Dernière Heure, un article concernant le souhait du tennis club des Alloux de Tamines de permettre à ses affiliés de jouer dans la bulle aérée du club. Ledit article fait mention d’une action du Député-Bourgmestre de Sambreville vers la Province pour une intervention dans d’autres clubs. Cette information est erronée et non fondée. A aucun moment le Député-Bourgmestre LUPERTO n’a pris contact avec la Province à ce sujet. Il aurait d’ailleurs apprécié qu’on lui pose la question avant d’écrire des choses qui sont contraires à la vérité.

La réponse donnée au responsable du club des Alloux a été la suivante :

Même si Monsieur le Député-Bourgmestre comprend la légitimité et le besoin des sportifs de pratiquer leur sport, les conditions pour la pratique du sport sont définies dans l’Arrêté Ministériel et le protocole « sport ». Le Bourgmestre n’a pas autorité pour interpréter ou déroger aux règles édictées. Monsieur le Député-Bourgmestre n’a bien entendu contacté personne, ni à la Province ni ailleurs, pour souligner une autorisation qu’un de ses collègues Bourgmestre aurait donnée.
Les Bourgmestres sont solidaires dans ce contexte sanitaire inédit et l’énergie de chacun doit se concentrer sur la gestion de la crise au niveau de son territoire.