Ancien coach de Rulles, Jérôme Joannes effectuera son retour en province de Luxembourg ce samedi.

En décembre dernier, Jérôme Joannes quittait le club de Rulles et la province de Luxembourg sans la moindre victoire engrangée après trois mois de compétition. Pourtant, le coach namurois avait réussi à sauver les Rullots de bien belle manière durant sa première saison à la tête de l’équipe. En deuxième partie de saison, c’est à Dinant que l’ancien mentor de Rulles a rebondi avec brio. Champion au terme des playoffs, les Dinantais connaissent cependant un départ chahuté en R2 après avoir enregistré un véritable exode à l’intersaison.

"Les trois quarts du groupe ont décidé de ne pas suivre l’équipe à l’échelon supérieur , confie Jérôme Joannes . J’ai donc dû reconstruire une toute nouvelle équipe cette saison. J’ai réalisé un mixte entre des joueurs de P2, de P1, ainsi que quelques gars de R2 avec un faible temps de jeu. Je dois dire que, malgré les résultats, le groupe affiche une excellente mentalité et la mayonnaise prend bien."

Avec une victoire en huit sorties, les Dinantais occupent actuellement la lanterne rouge du classement. Cependant, tout n’est pas à jeter du côté de Dinant, loin de là. "Nous aurions pu en gagner deux de plus , analyse le coach de Dinant. Il ne nous a pas manqué grand-chose face à Frameries et Schaerbeek. Le groupe continue à travailler et l’ambiance demeure excellente. Je n’ai strictement rien à reprocher à mes gars. Est-ce que ce sera suffisant pour se maintenir ? Je ne sais pas. En tout cas, je suis certain que nous allons signer d’autres victoires."

Un succès qui tombera dès ce samedi à Bastogne ? "Les Nuts ont signé leur trois succès à la maison, ce ne sera pas facile. C’est un groupe qui joue ensemble depuis 2 à 3 ans, avec une superbe organisation. Je connais d’ailleurs bien leur coach, Émeric Heneffe. Je l’ai eu sous mes ordres il y a des années de cela. Ce sera un plaisir de coacher face à lui. Il avait déjà réalisé un excellent travail avec les jeunes du Centre Gaume et fait du très bon boulot à Bastogne. C’est extrêmement difficile de maintenir une équipe luxembourgeoise en R2. Un manque de qualité ? Pas du tout, c’est surtout dû à un manque d’envie de la part des joueurs luxembourgeois. Samedi, je dirais que, pour avoir une chance, nous devrons réussir à désorganiser Bastogne. Le tout en mettant beaucoup de cœur à l’ouvrage."