Marco Ferrian veut retrouver sa meilleure condition avec ce nouveau défi à Auvelais.

Avec le départ de Nabyl Zaghlal pour Alost, Auvelais a dû laisser filer son meilleur artificier. Il fallait donc trouver une solution. Marco Ferrian - qui avait envie de renouer avec le sport - était disponible. Il a donc accepté de relever ce beau défi en D2 ! Entretien avec l’un des derniers vrais pivots.

"Après mon dernier match, au cours des playoffs, avec le Futsal Team Charleroi, j’ai eu envie de stopper. Après 20 ans de futsal au plus haut niveau, j’avais besoin de souffler. Avec ma vie professionnelle qui me prend du temps et ma famille, cela ne pouvait me faire que du bien. Durant un an et demi, je me suis tenu à l’écart des parquets."

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Auvelais, en D2 ?

"Quand tu t’entraînes régulièrement et que tu joues des rencontres en D1, tu entretiens ta condition physique. Mais quand tu passes de tout à rien, c’est compliqué. Au départ, cela m’a fait du bien. J’ai même découvert ce que c’était qu’un vendredi soir. Mon corps a commencé à se détendre. Puis tu prends vite deux, trois, cinq kilos. Pour ma santé, je ne pouvais pas me permettre de continuer sur cette lancée."

Vous rejoignez un club avec des joueurs que vous connaissez bien !

"J’ai eu la chance de jouer avec Jonathan Neukermans et Julien Pauly. C’est une belle structure montée par Antoine Mageren, avec de bons jeunes comme Maxime Hecq ou encore Doriano Cirlincione. Le projet est beau. C’est à deux pas de chez moi."

Où en êtes-vous, au niveau de votre forme ?

"J’ai perdu un peu de poids. Mais je dois continuer. Je multiplie les entraînements. J’ai même repris en terrain à Morialmé. Je commence à retrouver mon placement. J’ai même marqué mercredi soir."

Le groupe a pris la tête du championnat…

"Il n’a pas eu besoin de moi pour le faire. Mais j’espère, dans deux bons mois, être un bonus pour les playoffs. Ce sera difficile de monter, mais le club vit une belle aventure."