Suite à des cas de Covid à Braine, les deux premiers matchs de la finale des playoffs prévus vendredi et dimanche derniers ont été annulés.

Le titre se jouera donc ce mercredi soir (20 h 30) sur une seule manche. À l’heure d’écrire ces lignes, un petit conditionnel restait néanmoins de mise. Les dirigeants brainois ont forcé une réunion avec la Fédération ce mardi soir à 22 h 00, avec l’objectif de postposer la rencontre de trois jours. Il n’y aurait que six joueuses opérationnelles et surtout le groupe n’a pu s’entraîner pour préparer l’apothéose.

"La Fédération ne s’y opposerait pas à condition que les deux parties soient d’accord", signalait en fin d’après-midi Jean-Pierre Delchef, le vice-président de Basket Belgium.

Et on peut le dire, c’est là que le bât a blessé. Namur n’a jamais eu dans l’idée d’accepter la requête des septuples championnes de Belgique et les arguments ne manquent pas. "Le règlement des playoffs a été présenté il y a quinze jours", explique le président namurois Jean-François Davreux. "Les quatre équipes y participant l’ont signé en toute connaissance de cause. Il y avait un plan A, B et C et surtout, les dates étaient fixées."

Il a toujours été prévu de terminer la compétition fin avril au plus tard. L’Euro auquel participeront les Belgian Cats n’y est pour rien. L’agenda est le même chaque saison. "Pour jouer le 1er mai, il faudrait modifier le contrat de toutes les joueuses, c’est impensable. Certaines occupent un appartement qui sera déjà reloué. Les billets d’avion sont déjà réservés. Range et Akpanah seront rentrées chez elles (NdlR : aux États-Unis et au Nigéria) ce samedi."

On le comprend, le contexte entourant cette finale pourrait difficilement être pire.

Comme une finale d’Eurocup

Les Rouges, de leur côté, ont tenté d’en faire abstraction et ont continué à s’entraîner normalement. "J’ai conditionné mes joueuses pour qu’elles soient prêtes le jour J", confie le coach Philip Mestdagh. "On a préparé cette rencontre comme une finale d’Eurocup, avec notamment deux séances vidéo. La situation de Braine est malheureuse mais je ne comprends pas la pression mise par le club sur la Fédération qui, elle, manque de transparence. Si c’était arrivé chez nous, j’aurais choisi de jouer ou de ne pas m’aligner mais jamais, je ne me serais plaint et je n’aurais demandé pour changer de date. Malgré les défections, avec Carpréaux, Lisowa, Kreslina, Starling et De Souza, Braine peut présenter un solide cinq de base et com mence la rencontre avec les mêmes armes que nous."