Le défenseur couvinois est à nouveau de retour à Namur.

C’est un nouveau retour pour Jan Lella aux Bas-Prés ce samedi soir. Merle durant deux ans et demi, le défenseur central de 30 ans garde de bons souvenirs de son passage à l’UR Namur entre janvier 2011 et juin 2013. Le Couvinois y a notamment connu Étienne Delangre, Jean-François Beguin et un certain Zoran Bojovic.

"Je suis arrivé quand le club était en D3. On s’est sauvés sportivement mais on a été relégués sur tapis vert suite à l’affaire Nadir Sbaa (NdlR : aligné durant le second tour alors qu’il n’aurait pas dû). L’année suivante, on s’est sauvés en Promotion, puis, pour ma dernière à l’UR Namur, on a joué le haut de tableau", se souvient Jan Lella qui nous énumère certains de ses anciens équipiers. "Il y avait Toussaint, Calvo, Hanchez, Reindorf, Otte, Lesage, etc. C’était vraiment une super équipe. On était sous les ordres de Zoran, qui est un vrai meneur d’hommes. Sprimont a été champion, nous avons été deuxièmes. On a perdu contre Hasselt au tour final. Delangre, que j’avais eu en arrivant, était plus dans la tactique."

Ce samedi, ça sera donc avec une certaine émotion qu’il reviendra fouler la pelouse des Bas-Prés. "J’aimais évoluer dans ce stade. J’ai déjà eu l’occasion de revenir ici avec Châtelet-Farcienne. On avait gagné le match mais, après à la buvette, c’était la fête. J’ai beaucoup de sympathie envers les supporters et les bénévoles du club."

Ce retour à l’UR Namur ne sera pas le seul élément spécial pour Jan Lella, qui retrouvera également plusieurs joueurs avec lesquels il a évolué à Châtelet-Farcienne en D1 amateurs, comme Aromatario, Vander Cammen ou Hellas.

Malgré ces bons sentiments, il n’y aura pas de cadeaux ce samedi soir dans ce derby que Couvin-Mariembourg Fraire espère remporter pour confirmer son redressement au classement. "On est invaincus depuis quatre rencontres et on a pris des points contre les deux premiers. En début de saison, on faisait le jeu mais on manquait de réussite et on était trop naïfs. Depuis, on fait un peu plus le gros dos et cela s’avère payant. On a compris comment il fallait jouer dans cette série."