Julien Dubail (14/02/88) a arpenté les quatre coins du monde pendant dix ans, avec l’ambition de se faire une place dans les hautes sphères du tennis professionnel. Son meilleur classement (371e), il l’a obtenu en 2012 et son dernier tournoi Futures, il l’a disputé en janvier 2018 en Égypte. "Cette période est définitivement derrière moi", confie-t-il d’emblée. "Même un 15 000 $ en Belgique, je n’y participerai plus. Je travaille désormais avec mon père (NdlR : dans l’entreprise du même nom à Bouge), je suis passé à autre chose."

Mais le tennis reste bien entendu une passion et Julien a rejoint Tabora en 2019 à l’initiative de son pote Andrea Mencaccini (alors B-15.4 et désormais B-15.2) pour y disputer les Interclubs. Avant tout pour le fun et depuis presque deux ans, parce que les occasions de briller ont été assez rares.

"Après le premier confinement, j’ai disputé quelques tournois mais je me suis surtout occasionné quatre, cinq contractures, ce qui m’a empêché de prester sur la longueur. J’ai joué au maximum vingt rencontres l’été dernier et comme mon niveau n’était pas satisfaisant, j’ai arrêté au mois d’août."

Sans conséquence, les classements ayant été calculés sur une période de deux ans. Le Namurois est donc toujours A23 et compte bien profiter des IC qui débutent ce dimanche pour reprendre du rythme. "Dernièrement, je suis allé taper la balle deux ou trois fois par semaine. Il va falloir que je retrouve de l’explosivité, les bons réflexes sur les courses vers l’avant et vers l’arrière. Logiquement, comme premier joueur dans cette ligue francophone spécialement créée par l’AFT (NdlR : les Flamands avaient décidé de ne pas organiser de compétition nationale), je devrais affronter des B-15.2 ou B-15.4. Ce sera l’occasion de monter en puissance. Je jouerai aussi les IC au Luxembourg le samedi. J’espère aussi m’illustrer cet été sur le Belgian Circuit et pourquoi pas le remporter. Yannick Vandenbulcke et Stefan Wauters auront aussi cette ambition."

Mais avant, place à la compétition inter équipes avec la réception d’Eupen, avant le derby face à la Citadelle.