La saison de cyclocross est courte. Bien plus courte que celle de route. Si celle-ci s’étend désormais sur dix bons mois, celle des labourés se résume à une demi-année, à six mois. Les routiers ont donc pu sauver une partie de leur saison. Mais pour les cyclocrossmen, c’est l’inquiétude. Car leur saison est à l’arrêt dans cette seconde vague du coronavirus.

"Je n’ai fait que trois cyclocross cette saison et je ne sais pas quand je pourrai disputer ma prochaine épreuve", détaille Julien Kaise. "Toutes les épreuves sont annulées, sauf celles pour les pros. Ce n’est pas gai, ce n’est pas chouette, mais c’est comme ça."

L’ancien coureur de continentale sur la route est depuis passé dans les compétitions off-road, combinant le VTT et le cyclocross. Avec des victoires dans les deux disciplines. Après avoir roulé avec les élites dans les labourés, il est redescendu d’un cran, chez les amateurs, pour se faire plaisir.

"C’était à nouveau mon ambition cette saison, je visais des victoires, des podiums", explique-t-il. "Le but principal reste de prendre du plaisir sur le vélo, je ne cours pas uniquement pour faire des podiums, mais cela reste motivant de finir parmi les premiers. Je sentais que j’étais bien lancé cette saison. Je n’étais pas super pour ma reprise, mais il me faut souvent un peu de temps avant de bien monter en puissance en début de saison. Terminer troisième de ma troisième compétition de la saison était donc prometteur. Mais tout a été à l’arrêt ensuite. On sentait d’ailleurs que cela allait être le cas lors de cette dernière compétition. Je suis donc au moins satisfait d’avoir obtenu un podium. Pour la suite, on verra ce qu’il sera possible de courir. Après avoir terminé deuxième du championnat de Belgique l’an passé, j’espérais un nouveau podium sur le National. J’espère donc qu’il pourra être maintenu."

Il est prévu fin novembre, à Flémalle, où Julien Kaise s’est déjà imposé, et n’est pour l’instant pas encore annulé.