Dans le sport, cela peut aller vite, très vite. Après trois bonnes saisons à Pont-à-Celles, et ce malgré quelques blessures, Julien Nze a suscité l'attention de nombreux clubs. Au terme de la défunte saison, en mars, une formation de D2 amateurs voulait d'ailleurs le recruter. "Malheureusement, cela ne s'est pas fait", explique l'intéressé. "Par respect pour les Pont-à-Cellois, je me devais d'attendre de les rencontrer avant de donner ma réponse. Mais l'autre club voulait que je signe directement."

Du coup, Julien Nze s'est retrouvé sans challenge, malgré de nombreuses touches à gauche et à droite. "C'est toujours une période délicate pour un joueur. On attend, on ne veut pas passer à côté de la bonne opportunité. Mais le temps passe."

À 25 ans, c'est la première fois que l'ancien joueur de l'Olympic et de Châtelet est face à une telle situation. "Cela m'a fait bizarre. Heureusement, j'ai continué à entretenir ma forme et à garder mon niveau grâce à de bons matches avec des amis."

Au final, alors que plusieurs clubs s'intéressaient à la fin de cette période estivale, il a passé un test à Spy. "C'est un club qui attend de connaître son avenir. Soit il évoluera en D3 amateurs, soit il jouera le top en P1. J'ai apprécié ma première rencontre avec l'entraîneur et mes coéquipiers. J'ai prouvé ma valeur et le club m'a fait une bonne proposition. Je suis heureux de pouvoir relever ce défi."

L'ailier a faim de football. "Je veux jouer et enchaîner les bonnes prestations. Je veux aider Spy à atteindre ses objectifs et je rêve toujours de goûter à la D2 amateurs."